samedi 16 novembre 2019

Le corps, Stephen King


Le corps, Stephen King

★★☆☆☆


« Plus jamais je n'ai eu d'amis comme à douze ans, et vous ? » Cette phrase résume à elle seule le « pitch » de cette nouvelle de Stephen King. 
Gordon Lachance, le jeune héros de l’histoire semble en effet représenter le double de papier de l’auteur et nous raconter une aventure à caractère initiatique, tout en évoquant les débuts littéraires du maître du suspense.

Gordon et ses trois amis vont donc partir à la recherche du corps d’un garçon de leur âge à une dizaine de kilomètres de leur ville, Castle Rock (la ville imaginée par le King qui sert de cadre à plusieurs de ses récits). A cet âge, on ne se déplace qu’à pied et il va s’agir d’une véritable expédition, entre les trains à éviter le long des rails, le molosse qui garde la décharge à ne pas taquiner et les grands frères qui viennent toujours fouiner dans leurs affaires. Et puis, la nuit, il y a de drôles de bruits…

Gordon raconte des histoires pour leur changer les idées.

Mais tout de même, voir un cadavre à cet âge-là, ça laisse des traces.


J’ai lu cette nouvelle en attendant la touche de fantastique de Stephen King… mais elle n’est pas venue, et j’en suis déçue. Les images de l’adaptation cinématographique de cette histoire sous le titre « Stand by me » me sont nettement revenue en tête et avec plaisir. C’est d’ailleurs la seule raison qui m’a permis d’aller jusqu’au bout du livre…

dimanche 10 novembre 2019

Nouvel an, Juli Zeh


Nouvel an, Juli Zeh

★★★★☆


Ce roman m’aura vraiment déstabilisée… L’auteure part d’une situation familiale banale pour finalement embarquer son lecteur dans les méandres torturés de l’esprit d’un personnage.

Ainsi, Henning et Theresa, d’origine allemande, se rendent sur l’île de Lanzarote avec leurs deux jeunes enfants, pour y passer les vacances de fin d’année au soleil.


Après avoir passé la soirée de la Saint-Sylvestre au restaurant, en famille, Henning décide d’aller se défouler sur un vélo de location, histoire de faire honneur dès le premier jour de l’an aux bonnes résolutions prises en ce jour fétiche initiant la nouvelle année. Il se retrouve rapidement rattrapé par un monstre qui l’obsède depuis si longtemps et qu’il nomme « la Chose ». Il pédale de plus belle.


Il grimpe, grimpe, grimpe le Pico Redondo sous un soleil inespéré en ce mois de janvier, puis voilà une masure qui l’interpelle. Un mur constellé d’araignées, un puits où l’eau ne semble pas si potable qu’elle en a l’air… Et le voilà projeté dans un espace-temps vieux de trente ans, dans lequel « la Chose » a, semble-t-il, tiré ses origines.

Je n’en dirai pas plus.


Les premières pages auront été presque ennuyeuses car trop factuelles, puis au deux-tiers du roman, tout s’accélère, les tripes sont prises et vite, il faut pouvoir reprendre sa respiration après un effort trop intense, et ouf, la fenêtre s’ouvre enfin au dernier moment, et apporte un air neuf et apaisant…

lundi 4 novembre 2019

Brume, Stephen King


Brume, Stephen King

★★★★★


Les éditions Albin Michel ont eu la bonne idée de créer une nouvelle branche à leur catalogue jeunesse. Celle-ci s’intitule Wiz et reprend des titres de récits fantastiques adaptés à la lecture des adolescents de plus de treize ans. L’objet-livre est très beau : un coloris vif et une illustration en relief sur une couverture solide mais souple, ainsi qu’un texte aéré. Le prétexte était pour moi trop beau : j’allai grâce à cette collection, faire connaître le King à mon fils. Mais bien sûr… Qui l’a lu en premier, je vous le donne en mille : moi-même !


C’est évidemment toujours un plaisir de retrouver la plume experte de Stephen King. Il a l’art de capter son lecteur dès les premières pages en frôlant sans cesse la limite entre surnaturel et réalité.  Il est capable de partir de phrase anodine, telle « Les gosses de cinq ans ont autant de questions en réserve qu’il y a de gouttes d’eau dans la mer » pour parvenir quelques pages plus loin à « quelque chose sortit de la brume et le coupa quasiment en deux ».


Le point de départ ? C’est devenu une banalité, d’autant plus aux Etats-Unis : après un été caniculaire se lève une tempête. Un cyclone dévaste tout sur son passage, y compris la baie vitrée de la maison de David, Stephanie et leur fils Billy. L’heure est donc au déblayage des arbres tombés et aux réparations multiples. Il manque toujours un outil et pour David, il est évident qu’il faut aller au supermarché du coin pour faire quelques courses afin de se dépanner et de remplir les placards du fait de la panne d’électricité.

Il a bien remarqué le nuage de brume qui avançait doucement sur le lac bordant sa maison mais n’en a pas été plus inquiété que cela ; les décalages de température sont prompts à ce genre de phénomène météorologique.

Mais une fois dans la file de caisse du supermarché, il va se passer de bien drôles de choses et le confinement à l’intérieur du bâtiment va devenir une évidence quand la brume va tout recouvrir de son voile opaque…

Les chapitres courts s’enchaînent, tiennent en haleine… Bref, le King porte vraiment bien son nom !

dimanche 3 novembre 2019

Signalements, Karine et Laurence Brunet- Jambu


Signalements, Karine et Laurence Brunet- Jambu

★★★★★


Cet essai a été pour moi une lecture – choc : je n’ai pas lâché le livre pendant deux jours puis j’ai passé quasiment une nuit blanche à ressasser ce que j’avais lu… Ce qui y est révélé, tant des agissements de pervers que des dysfonctionnements de la justice française, fait froid dans le dos. Voilà une phrase qui en dit long sur le calvaire qu’ont vécu Karine et Laurence : « Il faut le dire haut et fort en France nous ne protégeons pas assez les enfants des violences sexuelles et des violences familiales. »

Le comédien Bruno Solo, qui signe la préface en tant que parrain de l’association « La Voix de l’Enfant » ne dit pas mieux.



Laurence Brunet- Jambu est la présidente de l’association Alexis Danan de Bretagne qui s’occupe d’enfants maltraités et abusés. Elle témoigne : « Je ne sais pas ce qu'il est advenu de mon appel au 119. Visiblement rien. Encore une fois. Des signalements de partout et rien ne se passe. Un pédophile et une mère condamnée pour avoir tué son enfant vivent avec une gamine de six ans et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. » Cette gamine, c’est la nièce de Laurence, qui très vite, va se rendre compte que quelque chose ne va pas dans le comportement de la petite, mais aussi celui de ses parents. Ceux-ci en effet hébergent Roland Blaudy, un pédophile récidiviste et ne voient aucun inconvénient à lui laisser la petite…

Les services sociaux sont pourtant mis au courant. Ils fermeront les yeux.



Pour Laurence, sa petite nièce se trouve « dans la fosse septique de l'Enfer. » Elle va se battre pour l’en sortir.

Vont alors se succéder des signalements, quatorze en tout, de la part de Laurence, mais aussi de voisins et d’institutrices, mais aucun ne débouche sur un retrait définitif de l’enfant du milieu malsain dans lequel elle vit. On va même accuser Laurence de déranger les services judiciaires pour rien : « Nous ne sommes rien face à ces personnes qui représentent la justice. Mais de quelle justice parle- t- on ? ». 


Il faudra la rencontre avec un avocat, Patrice Reviron, qui lui, fera enfin preuve d’empathie envers Laurence et sa nièce, ainsi que d’une capacité réelle de compréhension de la globalité de l’affaire, et le reportage d’une journaliste, Delphine Welter, particulièrement affectée par l’histoire de Karine, pour que la justice française accepte d’écouter la jeune fille, et surtout, de croire à ses propos. 

En septembre 2018, l’Etat a été condamné pour déni de justice dans une affaire de pédophilie, celle de Karine Jambu, fait rarissime dans l’Histoire de la justice française.

vendredi 1 novembre 2019

Dans le miroir de Valeria, Elisabet Benavent


Dans le miroir de Valeria, Elisabet Benavent

★★★★★


Quel plaisir de retrouver mon amie de papier, Valeria. Je ne l’avais pas quittée depuis longtemps, certes, mais la fin du premier tome de la saga m’avait terriblement donné envie d’en lire la suite !



L’intrigue commence donc ici au moment où Valeria vient tout juste de publier son deuxième roman. Ce qu’elle y raconte possède une large part autobiographique et forcément, certains de ses proches vont lui faire de sacrées remontrances… notamment Adrian, son mari, dont elle vient tout juste de se séparer. Difficile pour lui de voir écrits noir sur blanc tous les tords qu’il a commis envers Valeria et la description par celle-ci de ses défauts, disons, les plus dérangeants !!!

Heureusement, la jeune femme est entourée de ses trois sympathiques copines, Lola, Carmen et Nerea qui accueillent le roman de leur amie en organisant derechef une petite fête dont elles ont le secret : « Elles avaient voulu me faire la surprise pour fêter la parution de mon livre et elles débarquaient chargées de sushis et de bonnes bouteilles. En les voyant, je hurlai de joie, une vraie gamine. Après les embrassades de rigueur, nous nous mîmes à sauter ensemble comme des supporters de foot. Sans avoir encore ingurgité la moindre goutte d'alcool. Olé ! »

Ces petites soirées arrosées sont à chaque fois un bonheur pour le lecteur : entre grivoiseries et situations cocasses, ce sont toujours des moments de rigolade !



Valeria elle, ne va pourtant pas être constamment d’humeur joyeuse dans ce tome. Le divorce, ainsi que sa nouvelle relation avec Victor, ce tombeur, la perturbent. Que de changements dans sa vie en l’espace de deux mois ! Elle va avoir l’envie de se reconstruire en tant que femme indépendante, régler les problèmes les plus sérieux pour toujours pouvoir garder en tête que « Parfois, les choses les plus simples et les plus frivoles peuvent apporter un bonheur parfait. »  Et savoir replacer celles-ci à leur juste valeur.



Les relations amoureuses respectives de ses amies vont, elles aussi, évoluer. Toutes abordent la trentaine et c’est le prétexte qu’a choisi l’auteure pour affiner les caractéristiques psychiques de ces quatre femmes modernes. Elles ont toutes des attentes différentes de la vie en général, mais aussi, et surtout, de l’amour. L’Amour, avec un grand « A » faudrait-il ajouter !

Alors quand vient l’heure des grandes décisions, il va falloir, pour chacune d’elle, faire un choix capital. Parfois, il sera étonnant !



Bref, un tome dans lequel les personnages sont plus approfondis, ainsi que les relations entre les uns et les autres. S’ajoute à cela une pointe d’ironie propre à la critique sociale du regard actuel posé sur les femmes, notamment en Espagne. Ce qui en fait un roman passionnant (on tourne encore une fois les pages à une vitesse folle), intelligent, qui jongle habillement entre scènes érotiques torrides (ah !!!! Victoooor !) et moments hilarants !

VITE, LA SUITE !!!