vendredi 12 avril 2024

Sarà perché ti amo, Serena Giuliano ( Livre de poche, 03/2023)


 

Sarà perché ti amo, Serena Giuliano ( Livre de poche, 03/2023)

💛💛💛💛💛

Serena Giuliano vient tout juste de sortir son dernier roman, et je n’aurais pas pu me targuer d’avoir lu tous les précédents si je n’avais pas ajouté « Sarà perché ti amo » à ma pile de lecture de ce mois d’avril ! C’est maintenant chose faite et je peux me ruer sur le dernier – né l’esprit tranquille (et enjoué) !

« Mais, depuis, la liste des choses qui m'agacent chez Valentin s'allonge dangereusement chaque jour. Et je me dis qu'elle finira inévitablement par devenir plus longue que celle des raisons pour lesquelles je l'aime à la folie. Ce n'est plus qu'une question de semaines, de mois tout au plus. » Les vacances estivales arrivent, et il est temps, pour Alba, jeune mère souffrant de dépression post- partum, de souffler et de penser un peu plus à elle- même. Débordée depuis l’arrivée de sa petite Emma, elle en est venue à détester celle qu’elle est devenue ; son corps, son état d’esprit, sa relation maritale… Tout semble aller à vau l’eau.

« Je me concentre tout de même pour laisser mon front parfaitement lisse et mes sourcils sur leur ligne. Afin que personne ne puisse, tout au fond, remarquer ce quelque chose qui ressemble à la peur. » Gabrielle s’apprête à passer quelques jours en Italie avec les amis de son compagnon, Nino. Obsédée par l’image qu’elle renvoie d’elle- même, elle est terrifiée à l’idée que Valentin et Alba puisse ne pas l’apprécier.

« Je crois que j'aurais aimé voyager seule, apprendre à me satisfaire de mon unique compagnie, ne rendre de comptes à personne, ne pas me fixer d'horaires, d'étapes, de planning.
Juste m'écouter, et me laisser porter.
C'est trop tard pour les regrets.
Trop tard pour m'accorder une chance en tant que femme. »
Ce séjour en Italie va permettre à Gabrielle de faire le point sur sa vie, sur sa relation avec Nino… Alba, de son côté, va se rendre compte que son meilleur ami n’est pas aussi respectable qu’elle le pensait… Mais de son côté, l’est- elle davantage, titillée par l’envie de revoir Giovanni, son ex ?

Au final, un roman terriblement, merveilleusement féministe. Alba et Gabrielle sont le reflet de chacune d’entre nous, avec les doutes, les erreurs, les réussites aussi. Un tourbillon d’émotions et de réflexions.   

mercredi 10 avril 2024

Le goût des fraises, tome 1, Irono (Kurokawa, 02/2024)


 

Le goût des fraises, tome 1, Irono (Kurokawa, 02/2024)

🍓🍓🍓🍓🍓

Quelle mignonnerie que ce manga – là ! Impossible de ne pas faire craquer la toute petite partie de midinette qui sommeille en vous avec cette histoire tendre et sucrée, comme une fraise !

« Elle est si jolie que j'en ai parfois le souffle coupé. » Minori Sugiura, producteur de fraises passionné par son métier, 33 ans, se retrouve à devoir former la petite- fille de son collègue, hospitalisé. Cet homme bourru à la stature de géant va tomber inopinément sous le charme de sa stagiaire, Sara, 20 ans, petit bout de femme encore étudiante. Déboussolé par la force de ses sentiments, Minori va se montrer très maladroit dans son attitude envers Sara.

« Je suis totalement sous le charme de cet homme à l'air maussade qui se met de la crème de partout en mangeant son dessert. » Sara, de son côté, craque complètement pour Minori, mais leurs différences, que ce soit de gabarit, d’âge, de caractère que par rapport à leur vie sociale, la freinent alors qu’elle meure d’envie de lui avouer son attirance. Elle va alors lancer quelques fils, mais Minori va-t-il savoir interpréter ses intentions ?

Au final, un manga très touchant mais aussi amusant ; on ne peut que rire des maladresses des deux protagonistes et des touches humoristiques de l’auteure. Le tome 2 sort demain et j’ai déjà hâte de le lire ! 

mardi 9 avril 2024

The Beauty of the Beast, F.V. Estyer (Auto - édition, 12/2023)


 

The Beauty of the Beast, F.V. Estyer (Auto - édition, 12/2023)

🌹🌹🌹

Je me souviens, gamine, avoir été terrorisée par la prestance de Jean Marais dans l’adaptation du conte « La Belle et la Bête » au cinéma par Jean Cocteau en 1946. Depuis, j’éprouve une espèce de fascination pour cette histoire et j’aime en lire les diverses adaptations en littérature.

« Maudit pour avoir ôté la vie.
Je ne pourrai être libéré qu'à une seule condition.
La rédemption.
Mais qui serait suffisamment fou pour tomber amoureux de cet homme qui ne sait plus vraiment qui il est ?
Qui serait assez stupide pour aimer une bête ? »
Damian est prisonnier de son manoir suite à une mystérieuse malédiction. Cet être assoiffé de sang semble se complaire dans son quotidien ponctué par la « livraison » régulière de « jouets » vivants lui permettant d’assouvir ses désirs déviants.

« Nous sommes faits du même bois, elle et moi.
Des ombres dans le monde des vivants.
Des monstres ayant forme humaine.
Et ça nous plaît. »
Cette satisfaction, Damian la doit à Véra, compagne dévouée. Pourquoi ? Comment ? Et pour quelles raisons celle- ci lui impose-t-elle la présence de Viktor, profiler pour le F.B.I. ?

« Bien que je déteste l'admettre, il y a quelque chose chez Damian qui m'intrigue et me fascine. Mais le vrai problème n'est pas là. En devenant profiler, j'ai développé une certaine curiosité pour les hommes tels que lui. Pour ces esprits pervers, malsains. J'ai étudié de nombreux criminels, et si tous m'ont profondément dégoûté, voire parfois choqué, je n'ai jamais éprouvé un quelconque attrait à leur égard. » Les deux hommes vont dans un premier temps s’affronter. Chacun possède des griefs contre l’autre. Et puis, de fil en aiguille, de révélation en découverte, les sentiments de Damian et de Viktor vont évoluer…

Au final, un roman très intéressant au niveau de la psychologie des personnages et de l’adaptation du célèbre conte. J’ai dévoré les 2/3 du roman puis j’ai trouvé des longueurs et des répétitions de scène qui m’ont un peu perdue. J’ai toutefois hâte de lire « Into the wood » qui lie cette histoire à la duologie « Deadly Funeral » d’Amélie C. Astier !  

dimanche 7 avril 2024

Les sœurs Lakotas, Benoît Séverac (Syros, 02/2023)


 

Les sœurs Lakotas, Benoît Séverac (Syros, 02/2023)

🚗🚗🚗🚗

Un roman jeunesse qui a une saveur particulière puisque j’ai pu bénéficier d’éclairages sur la conception de cette histoire ainsi que sur les conditions de vie de ceux que l’ont a longtemps appelés « Indiens d’Amérique », de la part de l’auteur, durant ma lecture. « Les sœurs Lakotas », c’est un récit initiatique, mais également une réflexion profonde sur le déterminisme social.

« En même temps, je sens qu'il n'y a pas que cela qui se joue ; je n'embarque pas mes sœurs dans cette aventure uniquement pour échapper au placement dans des familles d'accueil. Quelque chose d'autre me force à partir, quelque chose de plus... grand... Que j'ai du mal à expliquer. » Bearfoot, 16 ans, décide d’embarquer ses deux petites sœurs pour un road trip de 2 000 kilomètres. Finie la réserve de Pine Ridge ; direction la Californie ! En effet, leur mère vient d’entrer en prison après s’être fait arrêter une énième fois au volant en état d’ivresse. Leur père ayant disparu, elles se retrouvent à deux doigts d’être séparées et placées en famille d’accueil. Impensable pour l’aînée.  

« Mes sœurs et moi sommes les dernières représentantes d'une espèce menacée, que les Blancs parquent dans des réserves soi- disant pour la sauver, comme des félins dans des zoos. Les Blancs ne peuvent plus nous exterminer, ce serait politiquement incorrect, alors ils cherchent à nous assimiler. » Bearfoot est une jeune fille sensée, consciente de la discrimination dont les siens sont victimes dès qu’ils mettent un pied en dehors de la réserve dans laquelle le gouvernement américain les a parqués. Elle rêve de s’affranchir des stéréotypes appliqués aux « Native Americans » et de s’intégrer à la société en tant qu’Américaine.   

« Déterminisme social. Cela veut dire que toi, tu es ce que tu es parce que tu viens d'un milieu favorisé qui t'a donné confiance en toi. Tu as des parents qui t'ont éduqué de manière que tu croies en ta légitimité, en tes projets, dans les opportunités qui se présenteront à toi. » Lors de leur périple, les trois sœurs vont faire des rencontres, parfois hostiles, mais souvent bienveillantes. Des personnes croisées au fil du hasard vont aider Bearfoot à grandir, à poser un regard neuf sur le monde et à croire en un avenir meilleur.

Au final, un road- trip touchant qui amène bon nombre de réflexions sur la société d’aujourd’hui, sur nos origines, et ce que l’on peut ou veut en faire en devenant adulte. Touchant et profond.  

lundi 1 avril 2024

Amy pour la vie, Sophian Fanen (Novice, 04/2024)

 



Amy pour la vie, Sophian Fanen (Novice, 04/2024)

🎤🎤🎤🎤

Je connaissais Amy Winehouse pour sa musique, ou plus exactement, pour quelques-unes de ses chansons. J’avais d’ailleurs acheté le CD « Back to Black » quelques temps après sa sortie en France, mais je ne m’étais pas plus intéressée que ça à l’artiste. Je savais qu’elle avait une vie déjantée, du fait des unes de la magazine people, et son décès à l’âge de 27 ans, dû à l’excès de drogue et d’alcool, est arrivé très vite après son succès. L’essai de Sophian Fanen m’a donc permis d’en apprendre plus sur ce petit bout de femme au grand talent.

« Amy est une petite fille juive du nord de Londres à la tignasse noire et à l'énergie inépuisable. Elle a abandonné l'idée de garder ses cheveux en ordre, alors elle les attache comme elle peut ou elle les laisse voler comme ils veulent. Sa mère ne la surnomme pas pour rien Hurricane Amy, "Amy la tornade". » Le journaliste est remonté aux origines de la chanteuse et a pu interroger ses parents. Se dresse très vite le portrait d’une petite fille frondeuse, possédant un caractère très fort, mais aussi une grande sensibilité en ce qui concerne les rapports familiaux.

« Mais avant tout, je rêve d'être très célèbre. De faire de la scène. C'est mon ambition depuis ma tendre enfance. Je veux que les gens entendent ma voix... » Le père d’Amy, même s’il ne vit pas avec elle, l’initie très vite au jazz et lui apprend à chanter le répertoire de Franck Sinatra. Sa grand- mère paternelle aussi avait un temps fréquenté les stars du jazz et du swing. La route musicale d’Amy était déjà toute tracée !

« Amy Winehouse et Blake Fielder- Civil, c'est une vraie histoire d'amour qui brûle d'engueulades violentes et de passion, mais c'est aussi une relation de dépendance mutuelle. Lui a trouvé quelqu'un pour financer sa toxicomanie, elle une figure de mauvais garçon qui la fascine et l'emporte vite avec lui dans les drogues dures. » Dès que Blake entre dans la vie d’Amy, c’est la descente aux enfers. A chaque tentative de l’entourage d’Amy de la pousser à se soigner, à se désintoxiquer de ses addictions à la drogue et à l’alcool, il sera là, tel une barrière sur son chemin, pour la faire plonger encore plus profondément dans ses vices… Jusqu’à sa mort, le corps de la jeune femme ayant cédé sous les excès.

Au final, un documentaire très bien renseigné et qui expose les faits sans faire de pathos, ni de voyeurisme. Il n’y a pas de parti pris contre untel qui aurait dû aider la star mais plutôt une prise de conscience autour du fait que la notoriété soudaine peut être mal vécue par une personne sensible, vulnérable et influençable. J’ai aimé le témoignage apporté par la chanteuse Rose pour étayer ce sujet. Un essai vraiment intéressant, qui m’a donné envie de réécouter l’artiste tout en m’ouvrant les yeux sur le monde de l’industrie musicale.

dimanche 31 mars 2024

Hot case, Laury Benero (L'Abeille bleue, 02/2024)


 

Hot case, Laury Benero (L'Abeille bleue, 02/2024)

💙💙💙💙💙

Je referme ce roman avec le sourire aux lèvres. Laury Benero m'a de nouveau charmée, après "L'amour pur malt", avec cette histoire pleine de rebondissements liés à une enquête policière. La sensibilité des personnages, tous deux fracassés, m'a émue dans leur approche d'une seconde chance sentimentale.

« Je réalise que j'ai vu juste, mais aussi que je ne connais pas cet homme fourbe, menteur et manipulateur que j'appelais il y a peu mon mari. » Mégane tombe de haut en trouvant un mot doux dans la poche de la veste de son mari. Même s’il l’avait déjà trompée, il lui avait promis de ne plus recommencer.

« J'ai honte de moi, de ce que je suis devenue. Une femme qui a fait l'autruche pendant qu'elle se faisait humilier et bafouer. » Accusée du meurtre de son mari, Mégane en découvre les sombres secrets…

« Je vais vite mettre cette affaire derrière moi et revenir à mes bonnes vieilles habitudes avant de virer sentimental. Un avocat comme moi qui écoute sa conscience devient rapidement un homme fauché. » Florent, avocat de renom et célibataire endurci, accepte de défendre Mégane pour rendre service à un ami. La candeur et le courage de la jeune femme vont le séduire, bien malgré lui.

Au final, une romance qui tient en apnée tant les déboires subis par Mégane se succèdent avec une logique digne d’un roman policier. Les manigances entre les magouilleurs de tous poils liés peu ou prou à l’écologie marine sont vraiment pertinents. Un très bon moment de lecture !

jeudi 28 mars 2024

Missing you, Chlore Smys (Black Ink éditions, 10/2021)


 

Missing you, Chlore Smys (Black Ink éditions, 10/2021)

💚💚💚💚💚

Une lecture qui a emmené mon cœur et mon esprit dans un ascenseur émotionnel de dingue ! On sait que des couples vivent des événements traumatisants, mais les lire, c’est quelque chose de particulièrement perturbante !

« Peut- être qu'il y a des centaines de milliers de Riley Robertson à travers les cinquante Etats, mais il n'y en a qu'une dont je n'ai jamais oublié le souvenir. » L’histoire débute aux cotés de Fallon Mills, membre de l’unité d’élite des Navy SEAL. Le voilà envoyé avec son unité au Paraguay pour récupérer une otage américaine, la fille d’un grand patron. Mais l’otage ne lui est pas inconnue ; Riley est son premier grand amour. Un drame les a séparés dix ans plus tôt.

« Ces kidnappings, c'est toujours la même histoire : un Américain blanc, persuadé qu'il est intouchable, qui débarque en jet privé avec valises siglées dans un coin reculé. Personne n'oserait enlever Monsieur Maître du Monde, n'est- ce pas ? » Fallon est amer. Pourquoi l’envoie-t-on, lui, l’ex, aux origines populaires jadis problématiques ? La « princesse » Robertson n’a-t-elle pas cherché ce qui lui arrive ?

« J'ai peur de mourir sur- le- champ si j'interromps notre connexion. Soudain, elle est mon oxygène, mon eau, mon indispensable. » La hargne de Fallon va disparaître à la seconde où il va poser ses yeux sur Riley ; tous les sentiments enfouis depuis une décennie vont s’emparer de son cœur, de son corps. Dès lors, un seul objectif : la sauver. Ne plus la lâcher.

Au final, une romance qui défie toutes les lois ; celles de l’origine sociale, des convenances, de la distance et de la nature. Les personnages principaux sont hyper attachants et on vibre à chaque étape de leur relation, de ma plus triste à la plus joyeuse. Attachez bien votre cœur avant de lire ce roman ! Vous n’en sortirez pas indemnes !

jeudi 21 mars 2024

Nice to MET you, Samantha Morgan & Ellie Diosa (Plumes du web, 03/2024)


 

Nice to MET you, Samantha Morgan & Ellie Diosa (Plumes du web, 03/2024)

💙💙💙💙

Après plusieurs lectures bien sombres psychologiquement parlant, j’ai eu besoin d’un peu de légèreté romanesque, et je me suis ruée sur le nouveau roman de Samantha Morgan. J’avais adoré « Amphore et damnations » pour son ton caustique et j’ai été ravie de retrouver cet humour particulier dans cette histoire mettant en scène une détective déjantée et un conservateur de musée coincé !

« Alors, Liam, dans quel musée travaillez-vous et pourquoi ? Vous vous êtes réveillé un jour en vous disant : "Oh ! Et si je passais ma vie entouré de tableaux ? " » Jane, ancienne flic reconvertie dans les enquêtes privées, va rencontrer Liam à la faveur d’un speed- dating dans lequel ni l’un ni l’autre n’est là pour rencontrer sa moitié. L’occasion de joutes verbales savoureuses ! Et pourtant, tous les deux vont très bien se souvenir de ce premier contact.

« Depuis le drame qui a bouleversé ma vie il y a dix ans, je ne supporte plus les injustices. Elles me révulsent, me rendent malade et réveillent toute ma détermination à faire éclater la vérité au grand jour.
Toutes les vérités. »
Voilà notre détective privée remontée à bloc pour enquêter sur une affaire qui la touche personnellement. Et comble du hasard, cette histoire est étroitement liée au M.E.T., précisément dans le service où travaille Liam !

Au final, une romance légère et pleine d’humour qui m’a fait passer un bon moment. Les réparties des deux personnages principaux sont savoureuses et m’ont bien fait rire. C’est vraiment un roman que je conseillerai en cas de coup de blues !

dimanche 17 mars 2024

Animaux nocturnes, tome 1 : The crow girl

 


Animaux nocturnes, tome 1 : The crow girl 

💙💙💙💙

Il est rare que je me retrouve en difficulté pour écrire une chronique, mais là, cela fait des heures que je pense et repense à cette lecture sans savoir exactement ce que j’ai à en dire. J’ai eu bien du mal à entrer dans cette lecture. L’atmosphère de ce roman est vraiment particulière. Il est estampillé « romance » et pourtant, j’ai davantage l’impression d’avoir lu un thriller bien noir, bien glauque, à l’ambiance oppressante, voire même étouffante…

« Mats s'arrêta près d'une tombe, leva les yeux vers la forme blanche suspendue dans les airs et sut que plus jamais il ne pourrait fermer les paupières dans la voir. Elle s'était tatouée sur ses rétines.
La femme au corbeau. »
Le roman s’ouvre sur une scène déstabilisante : un petit garçon persuadé de rencontrer le fantôme de son père se retrouve nez à nez avec le cadavre d’une femme supplicié. Une vingtaine d’années plus tard, Jude, flic mis au placard pour ne pas avoir deviné que son meilleur ami était un tueur en série, s’occupe des cold cases et rejoint la réalité le jour où Rebekka, fille de la victime pré- citée, vient lui demander de l’aide.  

« Je suis terrorisée. La peur me paraît si profonde, si enracinée que je crains davantage qu'elle ne puisse plus se dénouer de mon âme, qu'elle fasse à jamais partie de moi. Même si "jamais" tend à se réduire de manière dangereuse ces derniers temps. » Rebekka a toujours su qu’elle serait la victime d’un détraqué qui la surveille depuis des années. Jude est son seul et ultime espoir. Mais saura- t- il se sortir, lui, de ses propres démons avant de pouvoir s’attaquer à ceux de la jeune femme ?

« Nous sommes tous des animaux nocturnes.
On attend seulement le bon moment.
Nous sommes faits pour traquer, déchiqueter la chair.
Notre instinct hurle. »
Damian, jadis meilleur ami de Jude, et les membres de la famille de Rebekka, ceux qui sont génétiques et ceux qui sont adoptifs ; tous ont des failles profondément traumatisantes. Impossible de faire confiance à l’un ou l’autre ; tous se retrouvent coupables ou potentiellement victimes de détraqués…

 

Au final, un roman très dur, à la psychologie complexe : Jude et ses amis d’enfance ont tous dû composer avec des traumatismes d’enfance ignobles. Rebekka, et sa famille complexe, n’est pas en reste. Angel Arekin compose avec ses personnalités troubles une rencontre des plus explosive. Attendez- vous à être perturbés par cette lecture. Moi, je la digère… et je lis la suite.

mardi 12 mars 2024

Galopin crée son club de lecture, Stéphane Soutoul, Audrey Lozano (Elixyria, 07/2020)


 

Galopin crée son club de lecture, Stéphane Soutoul, Audrey Lozano (Elixyria, 07/2020)

🕮🕮🕮🕮

Quoi de mieux, en ce #12marsjelis, que de lire un roman jeunesse prônant les bienfaits de la lecture, notamment pour les enfants.

« Il est ce que l'on appelle un rêveur dans l'âme. Même les rares fois où il lève le nez de sa lecture, ses yeux restent songeurs, à l'image du mince sourire qui flotte sur ses lèvres. » Galopin est troublé par l’arrivée d’un nouvel élève dans son école ; Lucien, qui reste dans son coin pour dévorer des livres, sans se mélanger aux autres.

« - A partir d'aujourd'hui, ma "cachette de ninja" va devenir le GG des P'tits Bibliovores ! » Intrigué, et de bon cœur, Galopin va organiser pour Lucien un club de lecture, y invitant ses meilleurs amis afin de partager un moment de découverte et de partage (et de gourmandise !)

« Pour elle, ce genre d'activité doit toujours être encouragé, car un livre permet à un enfant de mieux profiter du monde qui l'entoure. » Mamie Odile est ravie d’inviter cette bande d’enfants lecteurs chez elle ! Elle est di fière de son petit- fils !

« Même si j'aime beaucoup jouer aux jeux vidéo ou aller au ciné, j'ai toujours l'impression de m'évader vers des mondes fabuleux quand je me plonge dans un bon roman. Lire me permet de devenir quelqu'un d'autre. » Galopin et ses amis n’étaient pas des lecteurs assidus, mais grâce à l’arrivée de Lucien et à ce premier club de lecture, ils découvrent tous la richesse contenue dans les livres.

Au final, un roman jeunesse dynamique et très agréable à lire. La police spécialement adaptée aux élèves dyslexiques est un bonus appréciable. Et les illustrations sont très expressives ! Une bien jolie histoire. 

samedi 9 mars 2024

Le Trouble Développemental du Langage (dysphasie) raconté aux enfants, Geneviève Gauthier et Marie- Andrée Tessier (Mortagne éditions, 03/2024)


 

Le Trouble Développemental du Langage (dysphasie) raconté aux enfants, Geneviève Gauthier et Marie- Andrée Tessier (Mortagne éditions, 03/2024)

💛💛💛💛💛

Un guide très bien fait sur ce trouble que l’on appelle encore dysphasie, mais qui tend à être renommé « Trouble développemental du Langage (TDL). Tout commence avec un conte mettant en scène des enfants en situation d’apprentissage qui vont se retrouver face aux difficultés liées à ce trouble. L’outil propose ensuite une auto- évaluation, des explications et bon nombre de conseils judicieux.

« A cause de votre TDL, il manque certains morceaux de discours dans votre cerveau. Vous devez essayer de trouver l'information manquante malgré que ce soit difficile à décoder.de conseils destinés tant aux enfants qu’aux familles. » Les deux auteures, respectivement travailleuse sociale et éducatrice spécialisée, œuvrent au sein de l’association Dysphasie + depuis plusieurs années. Elles partagent ici leurs connaissances sur les origines de ce trouble.

« Selon Jade, une personne avec un TDL (Trouble Développemental du Langage) doit travailler plus fort que les autres pour :
- Comprendre ce qu'on lui dit ;
- Fouiller dans sa mémoire ;
- Organiser et exprimer ses pensées. »
Des explications simples sont données sur le fonctionnement du cerveau des personnes atteintes de ce trouble. De quoi adapter l’environnement des enfants ayant un TDL, mais aussi de prendre en compte leurs spécificités dans leur apprentissage de la langue française à l’écrit et à l’oral.

Au final, un guide qui va s’avérer indispensable dans les établissements scolaires lors des rentrées en classe élémentaire mais aussi au collège. Il pourra en effet servir aux professionnels qui se questionnent sur les difficultés scolaires d’un élève en guise d’outil de communication avec les parents, notamment lorsqu’il est question de bilan chez un orthophoniste.  

vendredi 8 mars 2024

Pour te venger, G.H. David (Elixyria, 02/2024)


 

Pour te venger, G.H. David (Elixyria, 02/2024)

💗💗💗💗💗

J’ai lu quasiment tous les romans publiés par G.H. David à ce jour, et je pense que ce dernier opus est le meilleur d’entre eux, ou du moins le plus abouti. L’auteure nous emmène dans le milieu de la pègre blanche américaine du côté d’Atlanta. Catlin y est une jeune avocate prometteuse et déterminée à faire tomber les politiciens véreux de Géorgie.

« La jeune femme avait quitté le berceau familial pour accomplir son ambition de toujours de fouler le pavé des géantes urbaines d'Amérique. Pour donner vie à ses rêves de justice, à son besoin de revanche, aussi. Elle vivait donc dans l'ombre des non- dits et se faisait discrète. » J’ai adoré ce petit bout de femme déterminé, qui ne se laisse jamais impressionner, au nom de son idéal de justice. J’ai plusieurs fois eu l’impression de voir en elle le double du personnage joué par l’actrice Audrey Fleurot dans la série « Engrenages » que j’avais adorée.

« Tous ceux que je connais ont fait de la taule, la loi est blanche, elle baisse les yeux et crache sur les gens comme moi. » Quelques jours après un double meurtre aux aspects crapuleux, Catlin se retrouve à défendre une adolescente issue des minorités ethniques.  

« Je ne suis pas une Montaldi. Je suis moi : une somme de peines, de rancœurs, de souffrance et, plus que tout, je suis un dommage collatéral sans intérêt, un déchet dans la guerre des gangs, Bess. » La justicière intrépide qui sommeille en Catlin est rapidement mise à mal par les politiciens d’Atlanta, qui vont utiliser son passé dans le but de la décrédibiliser…

« J'envie Catlin, je la jalouse de porter ainsi des valeurs plus saines. Selon Preston, dès qu'elle le peut et par choix, elle exerce tous ses talents au profit des plus démunis. Ce pouvoir me paraît soudain immense. Elle est libre, pas moi, l'évidence me brûle la poitrine. Joshua Hamilton est le directeur de cabinet du gouverneur de l’Etat de Georgie, Hebert Johnson, l’un des mis en cause dans l’affaire que défend Catlin. Pour ce jeune homme indécis, partagé entre les habitudes corrompues de sa famille et son envie d’intégrité, la jeune avocate va devenir un modèle à suivre. Mais en aura-t-il le courage ?

Au final, j’ai comme à chaque roman de G.H. David apprécié son style d’écriture, intelligente, racée et au lexique riche. Les recherches préparatoires sont ciblées et pertinentes sans jamais alourdir la trame du récit. J’ai aimé aussi la construction de la relation entre Catlin et Joshua, élevés dans les mensonges et la corruption facile. Par ailleurs, l’objet livre est tout simplement magnifique ! Entre la couverture toute douce et les détails en relief et le nouveau concept développé par la maison d’édition, Elixyria, le « In cover concept », c’est un régal de tenir ce roman en main !

mercredi 6 mars 2024

Le Serpent et la Mule, Marina M.L. (Plumes du Wb, 02/2024)


 

Le Serpent et la Mule, Marina M.L. (Plumes du Wb, 02/2024)

💘💘💘💘💘

Woah ! Trop bien ! Voici mon deuxième coup de cœur livresque de 2024 ! Marina M.L. est une jeune auteure à l’imagination sans limite quand il s’agit de développer la personnalité de personnages brisés et sans concessions !

« Depuis que l'aîné des fils a pris la relève de son père, tout ici n'est que désolation. Les habitants le craignent, mais nos garçons l'adulent. Beaucoup d'entre eux se déscolarisent pour avoir le privilège de travailler pour celui qu'on prénomme le Serpent. "Le décapiteur". Ils tuent, volent, dealent, pour quelques billets, et arborent fièrement l'emblème du cartel. » Camila Soares et sa famille vivent sous le joug du gang local des Gomes. Le père a perdu la vie lors d’une opération et le fils a déjà maille à partir avec eux. En effet, la mission à laquelle il a participé pour le gang s’est soldée par un échec et il leur doit donc de l’argent. Pour rembourser le Serpent, le chef impitoyable du gang, une seule solution est proposée aux Soares : Camila va devoir faire la mule pour un transport de drogue.

« Deux iris noirs, sombres et captivants, me scrutent avec insistance. Un frisson naît sur ma peau et parcourt mon corps, signe de mon angoisse naissante. Il ne laisse rien transparaître, pas la moindre émotion, et pourtant sa présence rend l'atmosphère oppressante. Il arbore un physique dangereusement attirant. » Camila envisageait un autre destin pour sa famille et pour elle- même : partir loin du cartel et se refaire une vie libre de toute contrainte. La bêtise de son frère change la donne. Et quand elle rencontre le Serpent, elle sent d’entrée que tout ne va pas se passer comme elle l’escomptait…

« "Tu mérites le monde."
Mais, ce qu'il ne réalise pas, c'est que désormais, mon monde, c'est lui. »
Bien évidemment des sentiments inattendus – voire inappropriés- vont naître entre celui que l’on nomme le Serpent du fait de sa cruauté animale et Camila, cette mule qui rêve d’un avenir meilleur que celui proposé dans les favelas.

Au final, un roman aux mille retournements de situation qui m’a surprise, énervée, exaspérée, enthousiasmée et surtout, beaucoup émue. Je ne m’attendais pas à être tant bousculée. Alors, oui, il y a des scènes violentes (nous sommes dans la mafia) mais j’ai adoré la force psychologique des personnages principaux et l’évolution de l’intrigue.  

mercredi 28 février 2024

The Blue flowers and the ceramic forest, Yuki Kodama (Mangetsu, 02/2024)


 

The Blue flowers and the ceramic forest, Yuki Kodama (Mangetsu, 02/2024)

💙💙💙💙💙

C’est encore une fois la beauté de la couverture qui m’a attirée vers ce manga ! Ce magnifique liseré bleu en relief était très prometteur, d’autant plus que l’histoire se déroule au sein d’un atelier de céramique, dans la ville de Hasami, ville de la préfecture de Nagasaki où se trouvent les plus grands spécialistes en la matière. Hé oui, j’aime toujours autant me cultiver par le biais de mes lectures !

« Jusqu'à présent, il travaillait à l'étranger... mais il est venu à Hasami pour réapprendre les bases du métier. » Le quotidien d’Aoko jeune peintre sur céramique rêveuse et inspirée par la nature, est bousculé par l’arrivée d’un nouveau collègue. Ce dernier se révèle froid et distant… et il est particulièrement adepte de la céramique blanche et épurée…

« Il a seulement effleuré cette assiette...
Mais il l'a fait...
Avec tant de délicatesse.
 » Et puis à l’occasion d’un concours, Aoko va découvrir la face cachée de Tatsuki, qui va se révéler, en secret, un homme beaucoup plus délicat qu’il ne le paraît.

Au final, une histoire très touchante et très délicate, qui met en place deux personnages aux caractères diamétralement différents ; autant l’un est réservé et centré sur lui- même que l’autre se montre plutôt extravertie et fantaisiste. J’ai vraiment adoré et hâte de lire la suite !

dimanche 25 février 2024

Le Sang des sauvages, tome 1 : La Savage Task, Farah Anah (Black Ink, 10/2018)


 

Le Sang des sauvages, tome 1 : La Savage Task, Farah Anah (Black Ink, 10/2018)

💘💘💘💘💘

Quelle claque ! J’avais été prévenue de la violence de certaines scènes, mais je ne m’attendais pas à ce que les tensions psychologiques soient aussi présentes dans ce roman classifié en « dark fantasy » ! Cap sur Alcibiade territoire sanglant que se disputent les hommes « civilisés » de Celestia et les « Sauvages » !

« Mon cœur va exploser, de nouveau, j'ai l'impression de voler. Le vent frappe sur mes joues, ça ne sent plus le sang, mais la douce odeur de l'herbe, et je suis enfin libre.
De toute façon, je le savais.
Parce que c'est un rêve...
... duquel je ne me suis jamais réveillée. »
Sanaé, jeune orpheline de Celestia, atteint enfin son but : intégrer la Savage Task, l’unité d’élite vouée à la défense absolue de son peuple et donc à l’extermination de leurs ennemis, les « Sauvages ».

« - Estimes- tu avoir les épaules pour gérer une situation d'attaque, d'attentat ou d'invasion ? Ne crains- tu pas de te perdre dans la Forêt de la Lune, au milieu des bêtes les plus féroces de la contrée ? Tu es une femme et tu connais la réputation des Sauvages, es- tu consciente que si un jour tu te fais coincer par l'un d'eux, la seule alternative que tu auras à la mort serait un viol brutal et douloureux ? » Sanaé a du mal à s’intégrer dans la Savage Task du fait de son côté tête brûlée. Son désir de vengeance lui fait prendre des risques inconsidérés et elle se retrouve très vite sur la touche. Mais la jeune femme ne va pas se laisser enfermer dans la case que l’on a décidée pour elle.  

« - Ma bravoure m'empêche de quitter ces lieux sans t'avoir tué.
- Ta témérité.
- Appelle ça comme tu veux ! »
Face aux « Sauvages », Sanaé ne va pas perdre une once de sa prestance. Son cœur va même être bien chahuté : à qui faire confiance ?

Au final, un premier tome qui m’a captivée, qui m’a fait pousser des « oh ! » et des « ah ! » au fil des révélations et des retournements de situation ! Si vous aimez l’action, les secrets bien gardés, les complots politiques tordus et les personnages torturés, foncez ! 

lundi 19 février 2024

Dark gathering, tome 1, Kenichi Kondo (Mana books, 02/2024)


 

Dark gathering, tome 1, Kenichi Kondo (Mana books, 02/2024)

💜💜💜

Disons- le franchement, ce qui m’a attirée dans cette duologie, c’est la couverture ! Les tons de noir et de violet, la petite fille avec des têtes de mort en guise de pupille et sa peluche teintée de sang ont tout d’intriguant (et d’attirant !).

« Au collège, un être maléfique m'a jeté un sort... et j'ai mêlé ma meilleure amie à tout ça... Puis pendant deux ans... je suis restée enfermé chez moi, par peur de faire encore plus de mal à ceux que j'aime. » Keitaro est de retour en tant qu’étudiant à l’université, après avoir passé deux années à se cacher. En effet, il attire les esprits et l’un d’eux lui a jeté un sort, entraînant celle qui était sa meilleure amie dans la même malédiction. Mais là, poussé par sa mamie, il est décidé à reprendre une vie « normale » auprès de ses semblables. D’ailleurs, il a même accepté de donner des cours particuliers.  

« Pourquoi à son âge, elle n'a pas peur des fantômes et cherche plutôt la confrontation avec eux ? » Keitaro est missionné auprès de Yayoi, une petite fille surdouée. Mais un Q.I. élevé n’est pas la seule particularité de la gamine ; elle est passionnée par les fantômes et passe son temps à les chasser !

Au final, une histoire dans laquelle j’ai eu du mal à entrer, puis l’univers de la petite Yayoi m’a vivement intéressée ! J’espère que le tome 2 tiendra toutes ses promesses !

dimanche 18 février 2024

Sous tes cendres, Violette Subros (Elixyria, 07/2023)


 

Sous tes cendres, Violette Subros (Elixyria, 07/2023)

💥💥💥💥

Une couverture « incendiaire » pour cette romance aux multiples rebondissements ! Cap sur la Californie où Lita a entraîné ses amies dans le cadre d’une mission humanitaire visant à lutter contre les incendies meurtriers qui y sévissent depuis plusieurs années. Sur place, la tranquillité des jeunes filles va être mise à mal par un groupe de jeunes Français, venus là pour d’obscures raisons.

« Je m'étale sur le sol brûlant, incapable de bouger. Mon tee- shirt s'enflamme. Ma peau fond. La douleur explose dans tout mon corps. J'ai l'impression de mourir, mais pas assez vite. Je tuerais pour qu'on mette fin à ma souffrance, qu'on m'épargne, m'accorde une once de pitié. » Le roman s’ouvre sur une scène terrible ; celle d’un jeune homme pris au piège dans l’incendie de son immeuble. Qui est- il ? Saura- t- il s’en sortir ? L’auteure nous apportera les réponses plus loin dans le récit.

« J'ai réussi à convaincre les filles de participer à un nouveau programme de lutte contre les incendies. Les forêts californiennes sont ravagées chaque été par le feu. C'est un désastre écologique, humain aussi. Un riche philanthrope américain a décidé d'investir dans la reforestation, en collaboration avec des équipes de pompiers volontaires. » Lita est une jeune fille meurtrie, au passé trouble. Ses insomnies en font une personne irritable, mais heureusement, sa meilleure amie, Dex, la déjantée, veille…

« Mon monde est en train de s'écrouler. Les semaines que nous venons de passer m'apparaissent comme une blague cruelle du destin, un châtiment savamment orchestré par une puissance supérieure décidée à me punir. » La bande des filles et celles des garçons se retrouvent rapidement en colocation. Mais voilà que des événements étranges sèment le doute entre les uns et les autres. Ce rapprochement est- il vraiment le fruit du hasard ?

Au final, une romance qui se lit avec attention tant l’auteure maîtrise les ficelles du suspens. Je ne m’attendais vraiment pas à certains des rebondissements subis par les personnages ! Le récit plaira effectivement à de jeunes adultes, étudiants ou entrant dans la vie active au vu des thèmes abordés. Personnellement, je n’y ai vu qu’un bémol ; l’utilisation de prénoms anglosaxons pour des personnages français : pourquoi ? A part ce détail, n’hésitez pas à découvrir la plume de Violette Subros !

mardi 13 février 2024

Lore Olympus, volume 1, Rachel Smythe (Hudo BD, 2022)

 


Lore Olympus, volume 1,
Rachel Smythe (Hudo BD, 2022)

😖😖

Cela fait des mois que je voyais passer cette BD, que j’ai repéré qu’elle avait reçu le prix Babelio de la bande dessinée en 2022, alors quand j’en ai vu un exemplaire chez la bouquiniste de ma ville, j’ai craqué. Bien évidemment.

« Qui ?
La Petite rose ?
P... petite rose ?
Perséphone, c'est la fille de Déméter. C'est la déesse du printemps. »
Perséphone, petite chose fragile et tellement innocente, se retrouve embarquée dans une fête que d’aucuns qualifient d’orgie. Un excès d’alcool, à moins que ce ne soit un cacheton de GHB, et la voilà déposée dans la voiture (de luxe) d’Hadès, le Dieu des Enfers.

« Hadès, les plus beaux costumes au monde...
... ne cacheront pas le fait que tu pues la mort. »
La situation d’Hadès est ici paradoxale : haï et moqué du fait de son statut dans l’Olympe, mais représenté comme un homme hyper sensible, intimidé par une demoiselle…

« Toi et tes frères êtes connus pour vos nombreuses liaisons sordides. » Retournement de situation ; Hadès est- il donc si pleutre ???

Au final, une bande dessinée qui m’a laissée sur le côté. Je suis probablement trop âgée pour « goûter » ce genre d’adaptation des classiques de la littérature antique. Mais ces personnages, sexualisés à outrance, débordant de niaiserie et de manières, m’ont vraiment agacée. Certes, cette version destinée à la génération Z répondra à leurs attentes romanesques – peut- être. J’espère toutefois que ceux qui adhèrent à cette saga auront la curiosité d’aller chercher à en connaître la version « classique » dans les textes d’Homère et / ou d’Ovide !

Deadly funeral, partie II, Amélie C. Astier (Auto- édition, 11/2023)


 

Deadly funeral, partie II, Amélie C. Astier (Auto- édition, 11/2023)

💘💘💘💘💘

Retour en Ecosse aux côtés de Leighton, médecin légiste et Baron, Comte de Fife, mais surtout fils de « l’Arracheur de cœur », ce tueur en série machiavélique ayant sévi quelques décennies plus tôt. Nous sommes sur une enquête révélant qu’un « copycat » reproduit le style de son ignoble modèle en torturant et prélevant le cœur de ses victimes. Notre couple d’enquêteurs « officieux » va peu à peu s’enfoncer dans des dédales obscurs, entre secrets de famille bien cachés et actes calomnieux érigés au nom d’une idéologie bien étrange…

« Suis- je à ce point perturbé pour craquer pour un homme qui incarne le mystère comme si le mot avait été créé pour le définir ? » La première partie se terminait sur une scène d’une intensité folle ; malgré leur position duelle, nos deux principaux protagonistes luttaient pour ne pas céder à leur attirance commune. La partie II nous entraîne bien évidemment vers une évolution de leurs sentiments respectifs (voir quatrième de couverture).

« Sa voix est redevenue sérieuse et distante. Je me surprends à éprouver une sorte de regret. Son timbre déformé par le désir résonnait comme une douce mélodie. » Leighton et Baron, en se rapprochant, vont devoir laisser tomber les masques derrière lesquels ils se cachent, depuis des années, pour cacher des traumatismes puissants. Mais sauront- ils être suffisamment sincères pour tout se dire et se faire confiance ?

« Derrière ce masque froid et cette apparence se cache un être aux nombreuses souffrances. Personne ne peut réellement comprendre ce qu'il se passe en lui ni ce qu'il doit affronter en quittant cette maison. Certains fantômes ne se voient pas, Docteur Byrne, pourtant, ils sont bien présents et se présentent sous différentes formes. » Le cas de Baron se révèle ici dans toute sa complexité pathologique. Outre l’enquête qui se poursuit, nos deux personnages vont devoir se mettre à nu dans des révélations fracassantes, qui vont mettre en péril leur relation naissante.

Au final une deuxième partie passionnante. On sent un véritable travail de recherches de la part de l’auteure, tant sur les pathologies psychiatriques que sur les chocs traumatiques. Certaines scènes méritent de posséder la capacité de prendre du recul, mais elles sont nécessaires, portant toute la force de ce récit incroyablement original, captivant, et vraiment très bien écrit. Un coup de cœur pour ce roman en deux parties ! 

samedi 10 février 2024

Beautiful sinner, Anita Rigins (Addictives, 01/2024)

 



Beautiful sinner, Anita Rigins (Addictives, 01/2024)

💘💘💘💘💘

Deuxième coup de cœur pour une romance signée par Anita Rigins ! Elle n’a pas son pareil pour déclencher des émotions contradictoires au fil des pages ! Ses personnages, on les aime puis on les déteste, et vice- versa. Leur profil psychologique est tellement précis qu’on pense pouvoir anticiper leurs réactions. Parfois, ça marche, et souvent, on tombe des nues ! Et quel plaisir ! Bienvenue en Colombie, aux côtés de la Santa Muerte !

« La protection est la chose la plus importante dans ce monde. Dans notre monde. Surtout en Colombie. » Eden Santoro n’a pas peur des monstres ; elle les côtoie depuis sa plus tendre enfance, aux côtés d’un père trafiquant d’armes. En Colombie, on ne rigole pas avec le « jefe » et les règlements de compte sont quotidiens. Quand Alhan est introduit dans le domaine Santoro pour devenir le bras droit du père, Eden navigue entre attirance et répulsion.

« La douleur m'envahit presque instantanément. Mais elle n'est toujours pas aussi percutante que ce que j'ai ressenti lorsque mon cœur s'est brisé plus tôt. Parce que la douleur du cœur est la pire qui puisse exister en ce monde. » A l’âge de vingt ans, Eden choisit de fuir l’univers sombre de la mafia colombienne, mais surtout le bel Alhan, qui ne fait que souffler le chaud et le froid… Mais le destin va la rattraper plus vite que prévu.

« Tout ce qui s'est passé entre nous me revient en tête. C'était bon. C'était douloureux.
Destructeur.
Trop létal. »
Eden retrouve Alhan sur le domaine à l’heure de prendre la suite des affaires Santoro. Leurs retrouvailles promettent des étincelles !

Au final, une romance teintée de « dark » qui se dévore ! Les retournements de situation et les révélations qui arrivent vers la fin m’ont mis une sacrée claque !!! Si vous aimez les grand- huit émotionnels, les romances d’Anita Rigins sont faites pour vous !

vendredi 9 février 2024

Les effets des jeux vidéo racontés aux enfants, Ariane Hébert (Mortagne, 03/2023)


 

Les effets des jeux vidéo racontés aux enfants, Ariane Hébert (Mortagne, 03/2023)

🎮🎮🎮🎮🎮

Ah, les jeux vidéo ! Vaste problème ! En tant que professeur en collège, je rencontre très souvent des parents dépassés par « l’addiction » de leur enfant pour les jeux vidéo. Ils me demandent souvent si j’ai des astuces pour les aider et ce guide peut clairement servir de support !

« Les jeux vidéo ne sont pas mauvais en soi. Il est convenable d'y jouer de façon occasionnelle et pour des périodes limitées. » Pas de parti pris ici. On trouve même des côtés positifs aux jeux vidéo. Mais tout est souvent question de mesure !

« Savoir ce qui se passe dans votre cerveau lorsque vous jouez sur vos consoles, vos téléphones ou vos tablettes vous motivera à limiter le temps que vous y consacrez. » L’auteure, psychologue canadienne spécialisée dans l’évaluation de la santé mentale donne des explications claires et abordables au sujet des effets des jeux vidéo sur le cerveau. C’est étonnant !

« Souviens- toi que ce type d'activité n'est pas essentiel à ta vie et constitue un privilège. » Cette phrase m’a particulièrement frappée. Avoir la possibilité de jouer à des jeux vidéo variés et développés est un privilège alors que beaucoup d’enfants prennent cette activité comme une norme, voire un droit. Il est bon que cela soit dit, affirmé et répété. Un guide à lire et à partager avec nos têtes blondes !