jeudi 9 janvier 2020

Blessures invisibles, Isabelle Villain


Blessures invisibles, Isabelle Villain

★★★★★


J’ai découvert les éditions Taurnada en fin d’année dernière et à chaque lecture, je suis surprise par la qualité de l’écriture des thrillers proposés. Dans « Blessures intimes », qui sort aujourd’hui, jeudi 9 janvier, on sent un travail documentaire approfondi de la part de l’auteure et personnellement, j’apprécie d’acquérir des connaissances dans des domaines divers, tout en étant captivée par l’intrigue du récit.


Celui-ci débute sur un assassinat mystérieux : le major Maraval est retrouvé mort d’une balle dans la tête dans son salon. La disposition du corps et des éléments du domicile laissent d’abord penser à un suicide ; mais cette thèse ne tiendra vraiment pas longtemps. En remontant dans le passé du militaire, Rebecca, commandant de Lost, brigade criminelle, va découvrir l’existence d’un trouble psychique diagnostiqué depuis peu : le trouble de stress post-traumatique, encore peu connu, il fait dire aux hommes touchés : « Vous vous sentez coupables, lâches, dégonflés? Vous avez tort. Votre blessure est invisible aux yeux du monde extérieur. » Maraval en souffrait depuis son retour d’une mission au Mali. Cette maladie, qui a profondément modifié le comportement du militaire, est-elle à l’origine de l’assassinat du major Maraval ? 


L’équipe du Lost va avoir bien des difficultés à interroger les membres de l’armée, soumis au secret professionnel le plus strict. Personne ne parle.  

En parallèle, Rebecca doit aussi s’occuper d’un meurtrier en série, « le tueur au marteau », qui a sévi en 2008 - 2009, et qui vient « reprendre du service » dans les quartiers de Paris, en cette année 2016. L’enquêtrice est sur les nerfs. Elle n’a pas réussi à l’arrêter naguère et elle sent la pression de ses supérieurs peser sur ses épaules.


J’ai aimé la psychologie du personnage de Rebecca, sa complexité, ses hésitations, ses doutes, son instinct, qu’elle a parfois du mal à suivre ; la relation qu’elle a avec les différents membres de son équipe et le cran qu’elle a face à ses supérieurs, au nom de la déontologie.

Son regard ironique envers les autres femmes m’a fait sourire aussi : « La femme au foyer, riche héritière, qui n'a jamais eu à travailler de sa vie, c'est tout de même beaucoup moins glamour qu'une commandante du 36 qui jongle avec des cadavres et tout le gratin de la police judiciaire. »

Une enquêtrice que j’ai regretté de ne pas avoir rencontrée plus tôt dans « Mauvais genre » (il faut que je me rattrape !) et que j’espère retrouver prochainement sous la plume adroite et captivante d’Isabelle Villain !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire