vendredi 24 décembre 2021

Le chat du bibliothécaire, Tome 1 – Succès mortel, Miranda James (J'ai lu, 11/10/2021)

 



Le chat du bibliothécaire, Tome 1 – Succès mortel, Miranda James (J'ai lu, 11/10/2021)

 💙💙💙

Un détective amateur- bibliothécaire de surcroît – accompagné d’un chat ; voilà des ingrédients bien attirants ! Je garde en effet un très bon souvenir des enquêtes menées par Jim Qwilleran et ses deux siamois, Koko et Yom Yom, dans la série écrite par Lilian Jackson Brown. Nous sommes ici dans la même configuration : Charlie Harris, quinquagénaire veuf et vivant seul avec son chat, nommé Diesel du fait de ses ronrons bruyants. Ce personnage est mu par une curiosité sans bornes et sait tirer à profit ses bonnes relations avec les habitants d’Athena pour aller fouiner partout.

 

« Tandis que j'inspectais l'écriture précise mais minuscule du registre concerné, à la recherche d'un dénommé Bushrod Kennington, je captai des bribes de conversation. Tout à ma tâche, je ne leur accordai guère d'attention. Mais les termes "meurtre" et "Priest" me firent soudain tendre l'oreille. » Une information qui n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd et qui va se révéler importante puisque le corps de Godfrey Priest, écrivain à succès né à Athena, va être retrouvé quelques heures plus tard. Qui donc en veut à cet enfant du pays devenu millionnaire grâce au succès de ses thrillers ? Charlie va remuer des secrets bien peu glorieux…

 

« - Si cela était en mon pouvoir, j'informerais M. Priest que nous ne souhaitons pas accueillir les œuvres d'un homme qui a prostitué son art pour figurer sur les listes des best- sellers. » Charlie découvre que peu d’habitants d’Athéna se réjouissaient du retour de Godfrey, par sentiment de jalousie, désir de vengeance ou pure inimitié. La liste des potentiels assassins va s’avérer bien longue….

 

Au final, un livre qui se lit facilement grâce à une écriture abordable et fluide, aidée par une parfaite maîtrise de la chute de fin de chapitre qui en font un parfait exemple de « page- turner ». Mais j’ai trouvé que le contenu des chapitres manquait de consistance. Les personnages ne sont pas non plus suffisamment élaborés pour qu’on s’y attache. J’aurais notamment aimé en savoir plus sur le passé de Charlie. Et mon plus gros regret réside dans le fait que le chat Diesel ne fait qu’office de figurant. Je m’attendais à ce qu’il ait un rôle plus décisif dans l’enquête. Un roman vite lu, qui sera vite oublié, je pense.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire