samedi 7 septembre 2019

Soif, d'Amélie Nothomb

Soif, Amélie Nothomb
★☆☆☆☆


Voilà plus de dix ans que je n’ai plus lu les romans d’Amélie Nothomb. Autant j’avais adoré ses sept- huit premiers romans ; autant j’ai trouvé les suivants répétitifs au niveau du style et peu intéressants au niveau du sujet. 


C’est alors que de premiers échos médiatiques positifs ont attiré ma curiosité ; le cru 2019 de l’auteure serait de qualité, digne des premiers écrits de la Belge au grand chapeau. Ma curiosité a été titillée. En parallèle, j’ai écouté une série radiophonique sur France Culture, « A voix nue » : Amélie Nothomb y était interviewée sur des thématiques précises durant cinq épisodes d’une petite demi-heure. J’ai trouvé ces émissions passionnantes et eu envie de relire l’auteure.

La sélection du roman par l’académie Goncourt a fini de me convaincre.
Je me suis procuré « Soif ».


Constat : ma lecture a été très fastidieuse. L’écriture est soporifique à souhait. Il n’y a plus les effets de style des premiers romans, et c’est bien dommage. Le sujet, pourtant, prêtait bien aux circonvolutions intellectuelles : les dernières pensées de Jésus. Nous suivons celles-ci lorsqu’il pense aux miracles qu’il a accomplis, aux personnes qui l’ont entouré, puis lors du chemin de croix, de la crucifixion et de la résurrection. Mais, hélas, ce n’est que paroles qui tournent en boucle sans relief, avec un discours très négatif sur l’espèce humaine.

Un bla-bla répétitif et sans saveur.

Bref, une déception.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire