vendredi 13 décembre 2019

Idiss, Robert Badinter

Idiss, Robert Badinter

★★★★☆
Je me souviens avoir été très émue par les larmes de Robert Badinter lorsqu’il est venu présenter ce livre dans l’émission « La Grande Librairie ». Lui, si digne, dissertait sans fin sur cette grand-mère avec qui il avait passé de si bons moments, peut-être même grâce à qui il a eu une si belle enfance; celle dont il dit regretter « de ne pas lui avoir dit plus souvent combien » il l’aimait. Regret éternel des vivants face au désarroi engendré par la disparition trop rapide, inattendue de proches adorés…

Dans ce témoignage qui relate la vie d’Idriss, c’est l’Histoire des Juifs de Bessarabie dont il est question, ayant vécu dans des « shtetel » dans l’ouest de la Russie paisiblement, puis devenus gênants suite à la montée de l’antisémitisme dès le début du XXème siècle. Idiss n’a jamais appris à lire ni à écrire, mais elle a eu la chance d’avoir pour mari un être éclairé, Schulim. C’est lui, en effet, qui va sentir le danger s'intensifier pour les gens de leur confession, et qui va organiser un exil vers la France pour leurs deux fils, puis pour eux-mêmes, les parents, ainsi que pour leur fille Chifra, qui sera rebaptisée d’un prénom plus européen : Charlotte.
Celle-ci, une fois jeune fille en France, rencontrera Samuel, rebaptisé Simon. Ils auront deux fils, dont Robert.

Cette « biographie familiale » est captivante. On a pu lire beaucoup de récits narrant l’antisémitisme ambiant, en France, sous l’Occupation, et j’avoue avoir été bousculée par le récit de Robert Badinter, qui nous raconte son vécu en tant qu’enfant, puis jeune adolescent, de cette période, une des plus sombres de notre Histoire…

Le seul regret que j’aurais à formuler est celui de ne pas avoir retrouvé l’émotion à fleur de peau de l’auteur lors de sa prestation télévisée. Pour une fois, j’avoue, j’avais envie de plus de sentimentalisme…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire