jeudi 26 décembre 2019

Chambre 312, Sylvie Bougeot


Chambre 312, Sylvie Bougeot

★★★★☆


Institut psychiatrique Victor Broussail : une petite fille de 9 ans a été assassinée d’une manière atroce. Son corps et son visage ont été mutilés. 
On y envoie le commissaire Dan Kiefer, un policier au franc-parler et aux réactions parfois un peu trop violentes. Sa ressemblance avec Jean Reno dans « Léon » ne lui permet pas de passer inaperçu ! Les hommes le craignent et les femmes tombent sous son charme. Mais dès lors qu’il pose ses larges paluches sur votre bureau, vous n'avez qu’une envie : lui donner satisfaction pour qu’il vous laisse tranquille !


Le voilà donc qui déboule dans l’institut, accompagné de Stéphanie, une psychiatre de la criminelle qu’on lui a imposé en haut-lieu. Les indices sont très pauvres et Dan sent que cette affaire va être délicate. Il interroge le personnel soignant à tour de bras mais rien ne filtre. Au contraire, une chappe de plomb et de silence semble s’être posée aux quatre coins de l’établissement de soin.


C’est alors que les péripéties et les retournements de situation vont s’enchainer à une vitesse folle. Qui est vraiment Stéphanie, cette psychiatre de la criminelle que des personnes de l’institut semblent reconnaître alors qu’elle dit ne jamais y avoir exercé ? Et Kiefer, ce rustre, que cache-t-il sous couvert de ses terribles migraines ? Est-il vraiment celui qu’il dit être ? Que veulent dire ses terribles visions qui le mettent à mal ?
Les assassinats d’enfants dans l’institut, tous soumis au même mode opératoire horrible, vont être réitérés. Mais Dan ne trouve pas l’identité de l’assassin… Son passé, lui, le rattrape d’une manière violente et inattendue.


La perversité humaine va se profiler d’une manière abjecte et déclencher de nombreux questionnements chez notre enquêteur : « Quel plaisir l'homme pouvait-il tirer du fait de tant salir, pervertir, humilier, blesser de jeunes proies sans défense ? Était-il si lâche pour ne pas affronter des adultes tels que lui ? Comment pouvait-on propager la peur, le stress et l'angoisse sans éprouver une once de culpabilité ? » Comment Kiefer, père de famille, peut-il réagir?

  
Au final, Sylvie Bougeot signe un thriller qui emmène son lecteur à 200km/h dans les méandres de la psychologie humaine la plus noire. Les évènements et découvertes s’accélèrent dans les dernières pages et j’avoue que parfois, j’aurais eu besoin d’un peu plus d’explications quant aux révélations finales. Mais dans l’ensemble, on reste vraiment en apnée dans un univers qui s’assombrit, qui étouffe et questionne, au fur et à mesure que l’on tourne les pages. 
Une auteure à suivre. Indubitablement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire