dimanche 29 décembre 2019

Bed Bug, Katherine Pancol


Bed Bug, Katherine Pancol

★★★★★


D’habitude, je referme le dernier Pancol avec un sourire satisfait aux lèvres. Cette lecture fait habituellement office de baume au cœur, de « doudou » pour consoler mes émois sentimentaux si complexes. Cette auteure a le don de permettre au lecteur de se retrouver dans l’un des traits de personnalité de l’un ou l’autre de ses personnages, de s’identifier à lui et de réfléchir sur les conséquences prises par l’une des décisions de son double de papier.

Mais là, non. Je ressens plutôt un profond malaise. Parce que le sujet qui y est soulevé est certes mis en avant depuis le phénomène #Metoo, mais intrinsèquement conditionné, lié au destin, à l’histoire intime de chaque femme. 


Ce qui m’a le plus frappée, c’est que la mère de Rose, la principale protagoniste de récit, se prénomme comme moi, Valérie, prénom généreusement distribué vers le milieu des années 70. Elle aime les mêmes films que moi : « Autant en emporte le vent » et « Thelma et Louise » ; des portraits de femmes fortes qui ont dû s’affranchir du pouvoir masculin. J’aurais pu m’identifier à elle, mais non. Ce portrait de mère si détachée de sa progéniture ne me parle pas ! 


Rose, la fille de Valérie, est une étudiante en biologie qui a toujours été passionnée par les insectes. Katherine Pancol a réalisé là un sacré travail documentaire tant les explications données sont complètes. Rose a réussi à faire de sa passion une vocation, un projet de vie : utiliser les connaissances entomologistes pour trouver une molécule révolutionnaire qui permettrait de guérir le cancer humain.


Pourtant son enfance lui échappe. Elle sent depuis toujours un blocage et subit de bien sombres cauchemars. Impossible pour elle de mener à bien une relation amoureuse. Elle vit avec sa grand-mère et sa mère, lorsque celle-ci veut bien les honorer de sa présence à Paris. Rose ne connaît pas son père. Elle n’en a même aucun souvenir.

Ses réminiscences enfantines se centrent sur une situation de petite fille utilisée comme faire-valoir par Valérie parce qu’elle est jolie, qu’elle obéit et travaille bien à l’école ; combien de fois l’a-t-elle supporté, regretté, honnis ? 


Rose trouvera enfin les fils qui l’emmaillotent depuis si longtemps et l’empêchent d’avancer en partant en mission aux Etats-Unis. Elle découvre, et comprend alors qu’en tant que filles, en tant que femmes, nous avons subi un nombre incalculable d’outrages pour lesquels on nous a reproché de « faire des caprices de petites filles ». Ce n’étaient pas des caprices. Et il est temps qu’on lève le voile sur ces pratiques machistes d’un autre âge, sur cette domination masculine qui n’a pas lieu d’être. Et c’est très bien que des auteurs comme Katherine Pancol s’emparent du sujet pour en révéler l’ignominie, trop longtemps ancrée de génération en génération, à la manière d‘une malédiction inéluctable…


Au final, je fais le constat que les insectes femelles s’en sortent bien mieux que nous !
Un roman captivant et nécessaire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire