vendredi 10 juillet 2020

Lunisia, Tome 1 : Tonnerre, Loïs Smes

Lunisia, Tome 1 : Tonnerre, Loïs Smes (Elixyria, 03/2020)

★★★★★

Voilà un roman au scénario vraiment original et inattendu ! Je suis allée de surprise en surprise au fil des pages ! Rédiger une chronique dans ce cas devient bien compliqué, tant il est primordial que chaque futur lecteur puisse bénéficier lui aussi de l’effet de surprise !
Alors plutôt que de vous parler de l’intrigue, je vais vous parler des trois personnages principaux, parfaitement construits par l’auteure au point qu’ils en deviennent attachants.

Le premier, le plus marquant, se nomme Haze. Un prénom étrange pour une jeune fille qui ne l’est pas moins…  « Je ne m’inspirais que du dégoût. Un dégoût violent, physique comme moral. Passant de garçon manqué à fille manquée, je n’étais plus que ça : manquée, ratée, loupée. Un ersatz d’identité ambivalente. » Âgée d’une vingtaine d’années, Haze se cherche, perdue depuis sa plus jeune enfance durant laquelle l’absence de côté « midinette » dérangeait son père. L’adolescence a été compliquée elle aussi, ponctuée d’actes de rébellion. Maintenant que l’âge adulte est venu, il est temps pour Haze de savoir qui elle est et ce qu’elle veut.
La découverte d’une fleur mystérieuse, appelée Lunisia – Atlis, aux pouvoirs dits exceptionnels, et dont le laboratoire familial est en train d’exploiter le potentiel, serait – elle capable de fournir un remède au mal- être de la jeune femme ?

Sa meilleure amie, Chloé, chercheuse dans le domaine biologique, en a l’intuition. Cette jeune femme douce et attentive est à l’affût de toute solution qui permettrait à Haze de ne plus sombrer dans la dépression. Son amitié exclusive la pousserait à aller bien loin d’ailleurs…

Le troisième protagoniste se nomme Ben. Secrètement amoureux de Haze, il est lui aussi prêt à tout pour lui redonner le sourire. Il travaille avec Chloé, au laboratoire créé jadis par le grand- père de Haze. Pour lui aussi la Lunisia – Atlis aurait peut- être des propriétés en mesure de résoudre le mal- être de celle qu’il chérit, même si, en son for intérieur, il souhaite qu’elle reste la même.

Au final, c’est un beau roman sur l’acceptation de soi, mais aussi sur les préjugés que véhiculent notre société ; sur ce doigt pointé sur les personnes qui « n’entrent pas dans le moule » et qui déclenche tant de mal- être. Le récit provoque tout un tas d’émotion, jusqu’aux dernières pages, terriblement poignantes… 
J’ai hâte de lire la suite !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire