mercredi 27 janvier 2021

Eclat de jour, Jade River (Collection Infinity, éditions Bookmark, 11/2020)


 

Eclat de jour, Jade River (Collection Infinity, éditions Bookmark, 11/2020)

💙💙

Amateurs d’univers imaginaires, d’êtres surnaturels et de petites bestioles inventées, ce roman est fait pour vous. Jade River dispose d’une vaste imagination lui permettant de créer un univers onirique véritablement original. En ce qui me concerne, fréquentant la fantasy depuis peu et avec parcimonie, ce foisonnement d’étrangetés n’a pas, malheureusement, réussi à m’emporter…

Lynka est la Gardienne d’une des quatre (et non cinq, comme indiqué en quatrième de couverture) portes d’Irlande qui permettent d’accéder au Sidh, le royaume des Dieux selon la mythologie celtique. Cette rousse flamboyante se mêle aux humains en fréquentant l’université la plus proche de son manoir, en toute discrétion. Quand un jour apparaît un cavalier sans tête sur le campus, Lynka perçoit que sans ses pouvoirs magiques, son quotidien, ainsi que celui de ses camarades de fac, risque de se transformer en cauchemar.

« Devais-je me fier à plus de deux mille ans d'histoire, ou à mon instinct ? » Lynka est déboussolée car ses parents sont partis du jour au lendemain et elle a l’impression de ne pas avoir eu le temps de terminer sa formation magique de gardienne de la porte de Munster. Le hasard va heureusement mettre sur sa route Phaedrig, un descendant du célèbre « Jack- O’-lantern ». Celui- ci va la guider et lui permettre de remonter le fil de l’histoire afin de comprendre les raisons de l’apparition du cavalier sans tête sur les terres qui appartiennent à la famille de Lynka.

« Maman m'avait expliqué que toute pulsion de mort était puissamment accompagnée d'une pulsion de vie. C'était lui ma pulsion de vie. Cette force qui faisait battre mon cœur condamné depuis le soir de notre rencontre. » Troublée par des émotions contradictoires, Lynka se rend compte qu’elle est tombée amoureuse de l’étrange Phaedrig. Pourtant, ils ne sont pas destinés à vivre ensemble étant donné que lui vit la nuit et elle le jour… « L'amour n'est pas un droit universel, c'est un cadeau. » Mais ici, n’est- ce pas un cadeau empoisonné ? Comment le vivre entre deux espèces vouées à vivre de manière totalement opposée ? Un rebondissement inattendu va bien heureusement changer la donne…

Au final, j’ai lu ce roman jusqu’au bout parce que j’avais envie de comprendre où l’auteure voulait m’emmener, mais j’ai trop souvent eu l’impression d’être perdue… Le fait que les créatures surnaturelles arrivent au fur et à mesure m’a déstabilisée. Il m’aurait fallu un glossaire, je pense pour mieux m’y retrouver parmi elles et inscrire leurs particularités dans mon esprit. Ainsi, Linka et Phaedrig m’ont paru vaporeux eux aussi. Mais peut- être était- ce voulu… Quelques maladresses grammatico- lexicales m’ont par ailleurs gênée dans mon plaisir de lecture. Bref, un roman qui n’était probablement pas fait pour moi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire