mercredi 27 octobre 2021

Menteurs, Greg Hocfell (Elixyria, 07/2018)

 



Menteurs, Greg Hocfell (Elixyria, 07/2018)

💙💙💙💙

Un truc, un machin, une chose, échoué sur la plage, et voilà que notre esprit, à l’instar de celui de Greg Hocfell, s’affole ! Lovecraft et King auront laissé des traces indélébiles dans nos esprits, c’est indéniable, du genre de celles qui nous soufflent que nous ne voyons pas tout avec nos simples yeux d’humains ; qu’une autre dimension existe, trouble toujours, malfaisante souvent, qui modifie certains aspects de notre quotidien. Bienvenue sur la plage, à Couronne- Sur- Mer, là où les pin-up rêvent encore d’aller exhiber leurs derniers deux- pièces.

 

« Un promeneur avait découvert, ce matin, la carcasse d'un truc, d'une chose, d'un machin... personne ne se faisait une idée précise de ce que cela pouvait être, toujours était- il que ça avait gonflé en se décomposant sur la petite plage de Couronne- Sur- Mer, donc ce machin, cette chose, ce truc, avait respiré, vécu par le passé comme tout être vivant, et péri. » Quand Mickaël a signé son contrat étudiant à la mairie, on ne lui a jamais dit qu’il aurait à aller s’occuper du nettoyage de la plage. Et pourtant, ce matin- là, le voilà aux côtés de Roland, prêt à aller ramasser une masse non identifiée mais pestilentielle qui a échoué sur la plage. Le maire tient à garder ses touristes, donc aux premières heures du matin, voilà nos deux hommes dans la Saxo communale, partis à la première heure pour ramasser la cochonnerie et aller la balancer à la déchetterie. Sauf qu’une fois sur place, tout n’apparaît pas aussi simple que sur l’ordre de mission.

 

« Il n'y avait ni dieu ni aquarelle inachevée, il n'y avait qu'un putain d'océan dont certains secrets abominables s'échouaient parfois sur le rivage. » Questions, puis incompréhension : qu’est- ce que cet être à quatre pattes équipé d’un bec et de tentacules ? D’où vient-il ? Et d’ailleurs, vit-il encore ? Aux questions vont succéder les surprises puis les déconvenues. On reviendra armés, non mais ! L‘esprit s’égare entre rêve et réalité, entre passé et présent, entre espoirs et désillusions. Où se trouve la réalité au cœur de cette fiction ?

 

Au final, un récit captivant qui mêle préoccupations réelles d’aujourd’hui et onirisme d’hier, et qui se transforme au fil du récit en un conte écologique. On louvoie parfois dans les ellipses de l’esprit fantasque de l’auteur mais sans jamais perdre le fil conducteur de l’histoire. Les pages se tournent, et puis vient l’évidence allégorique, la prise de conscience que la fiction est peut- être bien plus raisonnable que le réel…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire