dimanche 9 janvier 2022

Les blessures du silence, Natacha Calestrémé (Albin Michel, 03/2018)



 Les blessures du silence, Natacha Calestrémé (Albin Michel, 03/2018)

💓💓💓💓

Avec « Les Blessures du silence », Natacha Calestrémé revisite le roman policier en lui apportant une dimension didactique. Le point de départ de l’enquête est en effet la disparition d’une femme, Amandine Moulin, dans des conditions bien étranges au regard de Yoann Clivel, Major exceptionnel au troisième district de police judiciaire de Paris ; pourquoi cette mère dévouée de trois enfants en bas âge et épouse choyée par son mari s’est- elle évanouie dans la nature du jour au lendemain ?

« Mes yeux scrutent l'étrange, mon nez renifle le bizarre, mes oreilles écoutent les derniers mots de la victime, ma salive prend le goût du drame qui s'est peut- être joué là, mes mains fouillent le passé. » Clivel est connu pour avoir une espèce de sixième sens qui lui permet de résoudre des affaires à l’instinct. Et le cas Amandine le trouble jusque dans ses rêves...

« On a tout le temps peur pour Amandine. Une fois pour sa santé, une autre pour celle de ses filles mais le plus souvent à cause d'un drame déclenché par les réactions cyclothymiques de son mari. » Le cadre idyllique de la vie de la famille Moulin s’ébrèche sous les déclarations de la famille. Où est passé la mère de famille ? L’étau se resserre autour du mari mais rien ne prouve sa culpabilité.

« L'ennui, c'est que très peu de thérapeutes sont formés pour déceler la perversité et le harcèlement conjugal, et la plupart du temps on passe à côté. Cela vient du fait que les victimes parlent peu de leur conjoint lorsqu'elles consultent. Elles se plaignent d'une fatigue excessive, d'une perte de confiance en elle, ou d'un état dépressif. A cause de l'emprise, la personne n'arrive pas à exprimer sa douleur. » Alors que le corps d’Amandine reste introuvable, la question du harcèlement conjugal va se poser.

Au final, un roman captivant, intéressant. Le personnage de Clivel, avec ses forces et ses faiblesses avouées, sa sensibilité aussi, est des plus attachant. Le style d’écriture est limpide, même si on peut regretter l’absence de style au profit de la portée didactique du message amené par l’intrigue. En tout cas, j’ai trouvé l’ensemble très plaisant et passé un bon moment de lecture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire