dimanche 27 octobre 2019

Orléans, Yann Moix


Orléans, Yann Moix

★★☆☆☆


J’ai voulu lire ce « roman » deux mois après sa sortie, une fois les polémiques sur le thème récurrent de style « doit-on écrire toute la vérité sur sa famille » évaporés. Et j’ai envie de conclure ce battage médiatique par une question qui m’est venue aussitôt à l’esprit une fois la dernière page tournée : « tout ça pour ça » ? Franchement, c’est vraiment parce que monsieur Moix appartient à « l’intelligentsia » parisienne bobo que tant de voix se sont élevées pour cancaner. En effet, la thématique de la maltraitance est récurrente dans les récits à portée autobiographique, et Yann Moix n’apporte rien de nouveau dans ce domaine… Les sévices sont toujours répugnants à lire quelque soit l’auteur qui a eu le courage de les écrire.



Bref, si je voulais lire le dernier roman de cet auteur, c’est qu’avant sa publication, des journalistes en avaient vanté la qualité stylistique, à tel point qu’on l’avait déjà sélectionné pour certains grands prix d’automne. Ayant particulièrement apprécié ses précédents romans, tels « Podium » et « Panthéon », ma curiosité livresque naturelle m’a fait me jeter sur ce livre dès sa sortie. Le pataquès médiatique en aura reporté la lecture, mais je ne regrette pas d’être aujourd’hui capable de me construire ma propre opinion, un peu sur le contenu donc, mais beaucoup sur ledit style.



Je dois donc reconnaître que les premières pages m’ont conquise par leur musicalité. Ainsi cette phrase : « Dans la salle de classe, éclairée par des néons grésillants, j'éprouvais, dans la bouche, ou plus exactement au fond du palais, un goût d'amande et d'abri. » m’a aussitôt transportée assise à côté du petit Moix sur un banc de classe de maternelle, suçotant la petite pelle d’une célèbre colle à l’effigie d’une Egyptienne, avec ce sentiment d’innocence et de bien-être qu’on ne connait que dans la plus tendre enfance.

Mais, hélas, les phrases vont vite se durcir, voire s’appauvrir, abordant dans la première partie du livre, intitulée « Dedans », les cruautés infligés par les géniteurs de l’auteur et dont le style se retrouve immanquablement assombri, ainsi que, avouons-le, beaucoup moins travaillé.



La deuxième partie, intitulée « Dehors », elle, m’a parue lourde, obséquieuse quant aux auteurs du siècle dernier tels Gide, Péguy et Ponge. Certains passages m’ont semblé même être proches du plagiat ! J’ai eu l’impression que plusieurs plumes se substituaient l’une à l’autre. Et puis, le petit Moix, là, reprend de la hauteur ! « A quatorze ans, j'étais riche déjà d'une œuvre inachevée et inachevable considérable. » : quelle fatuité ! Le jeune homme ne parvient pas à séduire les filles malgré les lettres enflammées qu’il leur envoie, et en conclut finalement qu’elles font preuve de mauvais goût.



Par ailleurs, de petites incohérences entre les deux parties me questionnent : dans la première, les parents semblent confisquer et détruire tout ce que Moix lit et écrit, alors que dans la deuxième partie, à la chronologie ancrée par les années scolaires de manière parfaitement identique, il y a profusion d’œuvres diverses et d’écrits rédigés de la main du petit Yann…
Bref, une lecture dont je ressors plus que désappointée…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire