mardi 1 octobre 2019

Love after dark, G.H. David


Love after dark, G.H. David

★★★★★

Je ne suis vraiment pas romantique pour deux sous et pourtant, Geny H. David a encore réussi à me prendre par les sentiments et à me faire frissonner tant par le suspens que pour ses personnages ! Elle est en effet parvenue à rendre les deux héros de ce roman très attachants alors que ce ne sont pas des personnes des plus recommandables : elle est meneuse de revue et se dénude chaque soir sur les scènes de Pigalle, au milieu « des putes, des trav', des clodos, des dealers » ; il est braqueur, voleur et assassin. Et pourtant, l’auteure a l’art d’en faire des êtres complexes, aux fragilités déconcertantes une fois celles-ci révélées au grand jour.


David est donc un bel homme mystérieux, un tombeur mais aussi un mâle dominant qui peut être violent. Sa vie est faite d’excès en tous genres. L’Amour ? Il ne connaît pas, enfin, si, il a connu mais une balle reçue dans le dos lors d’un rendez-vous avec le « milieu » a effacé partiellement sa mémoire. Il ne se souvient que de son côté obscur. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’on le surnomme « Le Baron » : il exhale la terreur envers qui l’approche. Un soir, il tombe pourtant sous le charme du numéro de scène d’une effeuilleuse reconnue dans le milieu de la nuit, du fait de son agilité et de sa particularité : ses bras sont entièrement tatoués.

C’est le coup de foudre réciproque. Cependant, pour David, il est important de prévenir la jeune artiste : « Pour entretenir une liaison avec moi, il y a des règles. Des principes à ne pas enfreindre. Ce n'est pas romantique, je sais, mais nécessaire pour ta sécurité et pour la mienne. » Mais Mahira est un personnage créé par G.H. David : autrement dit une femme qui ne s’en laisse pas mener, qui prend ses décisions seule et qui ne va certainement pas hésiter à sortir de ses bas une lame ou un philtre mortel pour arriver à ses fins !

Alors que Le Baron est à deux doigts de se faire coincer par la Brigade de répression du banditisme s’il ne collabore pas, tout en devant surveiller ses arrières car il est aussi traqué par un parrain de la mafia italienne à qui il doit des comptes, sans être sûr de la sincérité de ses hommes de main, voir une femme entrer dans sa vie devient un casse-tête pour David. Est-ce le bon moment ? D’autant plus qu’il va vite se rendre compte que Mahira a elle aussi des secrets peu avouables et qu’elle est bien loin de l’image du petit colibri virevoltant avec légèreté qu’il aimerait qu’elle soit… Bref, hors de question de roucouler au soleil pour nos deux tourtereaux !

Les deux amants vont devoir faire preuve de patience et d’intelligence pour déceler les divers dangers de leurs milieux respectifs et avant tout, rester sains et saufs !



Un roman qui se lit d’une traite car l’intrigue est menée tambours battants, tout en étant ponctuée de révélations inattendues au fil des pages. L’écriture et le style de G.H. David ont encore évolué pour coller de plus en plus au genre du thriller. Les personnages « satellites » prennent ainsi de l’ampleur, ajoutant du suspens au fur et à mesure que les doubles personnalités se dévoilent et se cognent les unes aux autres.
Une fois la dernière page tournée, on reste encore quelques temps dans l’atmosphère du roman et ça, c’est réjouissant !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire