jeudi 19 mars 2020

La cave aux poupées, Magali Collet


La cave aux poupées, Magali Collet (Taurnada, 03/2020)

★★★★★

Pfiouh ! Quelle claque ! Un roman noir, très noir, qu’il est difficile de lâcher tant il est singulier par son côté glauque et oppressant.

" Quand on vit dans la merde, on finit par lui ressembler quoi qu'on fasse" répète Manon, comme un mantra. On peut dire qu’elle sait de quoi elle parle en tournant les pages de ce récit qui relate une partie de sa vie.
Enfermée depuis sa plus tendre enfance dans une maison perdue dans les montagnes, Manon, jeune fille d’une vingtaine d’années, passe ses journées à travailler chez elle selon un planning bien précis : ménage, lessive, repas à faire pour son père, avec qui elle vit seule depuis une dizaine d’années, et une mission bien plus sordide : faire la toilette et apporter les soins nécessaires aux jeunes filles que son père a enlevées pour assouvir ses pulsions malsaines. Ces dernières sont enfermées dans des cachots situés dans le sous-sol de la maison.
« C'était à moi de la laver aussi, ce que je faisais à l'aide d'une bassine que je remplissais directement à la douche de la cellule. Pendant ce temps-là, elle gardait les yeux fermés et je préférais ça. Le Père, ça lui allait de monter un fantôme et il continuait à le faire au même rythme qu'avant. »

Manon ne pose pas de question : au moindre faux pas, elle est rouée de coups…
Elle n’a aucune conscience de ce qu’est une vie que l’on peut qualifier de « normale ». Ses seuls repères sont ceux diffusés à la télé… Sa conception de la vie de famille est tellement faussée !

En tant que lecteur, on a envie d’aider Manon à ouvrir les yeux même si l’on sait très bien que nos conceptions sont tellement différentes des siennes. Cette jeune femme, outre les violences physiques innommables qu’elle subit depuis des années, est complètement brisée au niveau psychologique.

Pour un premier roman, Magali Collet frappe vraiment très fort ! Son style sert parfaitement son intrigue. Pas de pathos, ni de psychologie à deux balles. Elle raconte à travers la voix de Manon, ses observations factuelles, ses pauvres capacités de réflexion, ses pauvres petits rêves…

Un conseil : jetez-vous sur cette pépite !!! Moi, j’attends le prochain avec impatience !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire