mercredi 26 août 2020

L'embaumeur de Montmartre, Fleur Hana


L'embaumeur de Montmartre,
Fleur Hana (Editions Mxm Bookmark, 2019)


💛💛 


Ce roman me faisait de l’œil depuis un moment. En effet, il se déroule lors d’une période et dans des lieux que j’apprécie énormément dans la littérature : la Belle Epoque au cœur de Montmartre. J’adore le foisonnement artistique que l’on y trouve autour de l’événement de l’Exposition universelle de 1889, les intrigues autour du Moulin Rouge et les changements liés aux grands débuts de l’industrialisation.

 

L’auteure emmène donc son lecteur aux côtés d’une journaliste féministe avant l’heure. Rosaline souffre effectivement de ne pas pouvoir vivre comme un homme : elle résiste en remontant ses jupes pour se déplacer à bicyclette, fume des roulées, et exerce le métier de journaliste alors que le travail est réservé aux hommes.

 

Voilà qu’un jour, un étrange détective anglais débarque dan son univers. Lord Spencer Fitzwilliam est dépêché sur place par l’agence britannique ROSE, gérée par sa propre mère, pour tenter de résoudre la mort d’une danseuse de cancan du Moulin Rouge.

 

Entre ce noble anglais aux mœurs très régentées et Rosaline, plutôt libérée, il va y avoir de nombreuses étincelles. Et pourtant, seule une entente cordiale leur permettrait d’atteindre leur objectif commun : arrêter celui qui assassine les danseuses du célèbre cabaret ; lequel prononce ces mots :

« Je voudrais ne plus jamais me réveiller afin d'empêcher le jour de chasser la nuit et de réduire à néant cette vie dont seule la lune est témoin. Mais j'ouvre les yeux et découvre l'horreur de mes actes dans toute leur splendeur. Je vis de la mort. Je suis la mort. »

 

Au final, une lecture agréable, mais sans plus. Je me suis ennuyée à plusieurs reprises, regrettant les répétitions concernant le comportement des deux principaux protagonistes : il était, pour moi, inutile de répéter que le comportement de Rosaline remontant ses jupons pour enfourcher son vélo ou attraper son paquet de tabac était si choquant à l’époque ; tout comme les réactions outrées de Spencer qui en découlaient… 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire