vendredi 28 août 2020

Impossible, Erri De Luca

 


Impossible, Erri De Luca (Gallimard, 08/2020)

💚💚💚

C’est le premier roman que je lis de cet auteur et je comprends pourquoi celui-ci est tant renommé dans l’univers de la littérature européenne contemporaine. Avec un style fluide, il parvient à nous emmener, grâce à un vocabulaire élaboré et judicieux, dans des réflexions profondes, ici sur le thème de la trahison, mais aussi, paradoxalement, de l’entraide et de la camaraderie politique.

 

« Impossible c'est la définition d'un événement jusqu'au moment où il se produit. » L’événement autour duquel tourne le récit est la chute dans le vide d’un homme qui se promenait en montagne. Derrière lui, un autre alpiniste donne l’alerte. Or un lien ancien lie les deux hommes : le premier a jadis dénoncé le deuxième et l’a, de ce fait, envoyé en prison.

 

Le récit s’ouvre donc sur l’audition de l’alpiniste (dont on ne connaîtra jamais le nom) par un magistrat persuadé que la chute est en fait un assassinat déguisé. Mais l’accusé est catégorique : il est innocent.

 

Le lecteur va donc suivre les auditions successives, durant lesquelles l’accusé va pousser le magistrat à réfléchir sur ce qu’est d’appartenir à un groupe d’idéologistes (communiste notamment), sur l’engagement pour une cause, mais aussi sur ce que représente l’amitié. Entre deux rendez- vous, le narrateur, de nouveau incarcéré, donne à lire les lettres qu’il écrit (mais n’envoie pas) à celle qu’il aime. On y retrouve cette vision des choses toute particulière : « L'élégance n'est pas dans la garde- robe, mais dans les attentions de deux êtres qui vivent ensemble. »

 

Au final, c’est un roman court mais intense. Par contre, j’ai regretté que la forme s’apparente plus à un essai qu’à un véritable roman : aucune action n’est véritablement narrée. Il s’agit vraiment davantage d’un écrit de réflexion. Certains risquent de s’y ennuyer.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire