mardi 1 septembre 2020

La Lune et l’Ebène, Quentin R. Guillen

 



La Lune et l’Ebène, Quentin R. Guillen (Livresque éditions, 01/2020)

💙💙💙

J'ai aimé me balader avec Dionys, Guibert et Mi, dans un univers fantasmagorique peuplé d'étranges créatures aux noms étonnants : le graoully, le bahamut, la manticore et d’autres encore. Ne cherchez pas un référent terrien, c’est inutile ! Tout ce petit monde évolue dans un univers imaginaire où les peuples ont des mœurs très variables mais des représentants souvent ridicules et des problèmes sociétaux souvent identiques aux nôtres.

 

L’histoire de nos aventuriers est ici racontée par l’une d’entre eux, Mi, l’esprit de la Lune, et cela à la première personne du singulier. Cette omniscience du narrateur, mêlant point de vue externe et interne, est originale car elle donne l’impression au lecteur de jouer avec le récit : Mi le raconte, et choisit d’y jouer un rôle actif (ou non) : tout peut arriver !

Entre Dionys, barbare qui frappe avant de réfléchir, et Guibert, grand dadais niais pour qui elle a un petit faible, Mi a bien des soucis à se faire à leurs côtés…

 

Ce premier roman d’un jeune auteur tarnais est vraiment surprenant. Sa plume est élégante tout en étant loufoque ! Quelques éléments seraient perfectibles, comme la consistance des personnages, un peu trop éthérée à mon goût ; ainsi que dans l’équilibre entre scènes d’actions et moments calmes où l’introspection respective des personnages est un peu trop souvent passée sous silence. Mais l’auteur a le mérite de proposer un univers inédit et très bien écrit !

 

Au final, une lecture originale, innovante et j’ai très envie de lire le tome 2, persuadée que l’écriture de ce jeune talent est encore pleine de promesses et de sourires !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire