vendredi 4 septembre 2020

Goliat, Mehdy Brunet (Taurnada, 09/2020)


Goliat, Mehdy Brunet (Taurnada, 09/2020)

💙💙💙💙

« En remontant plus loin encore, je me rappelle m'être accolé au zinc d'un bar de San Francisco et, en même temps que les verres se succédaient, une colère grondait. Froide, sourde. Elle s'est répandue en moi comme un cancer jusqu'à ce qu'on ne fasse plus qu'une seule et même entité. »

2019. San Francisco. David Corvin, ex du FBI, a la gueule de bois. Il a bu plus que de raison pour oublier… Oublier quoi ? Une terrible histoire que Mehdy Brunet va vous conter de sa plume addictive.

Le début du roman s’avère un peu complexe car les chapitres courts alternent plusieurs périodes : 2013, 2015, 2016 et 2019. Mais très vite, les liens entre ces années et les personnages qui y évoluent s’imbriquent et les tenants de l’enquête deviennent perceptibles. Et dès que la liaison se forme entre tous ces éléments, l’intrigue devient captivante !

 « Comme une feuille de papier buvard en contact direct avec un stylo- plume, les blouses blanches s'imbibaient d'un liquide poisseux qui s'étalait pour former de grandes rosaces pourpres... »

L’hémoglobine est présente dans ces pages. Estomac sensible s’abstenir… ou pas. L’auteur a la délicatesse de nous raconter juste ce qu’il faut des mutilations subies sur les cadavres.

Les traumatismes du passé des divers personnages vont remonter à la surface et emmêler les pinceaux des divers enquêteurs : ancien du F.B.I., ancien des Forces spéciales, ancien des tribus indiennes ou des quartiers portoricains ; chacun se met en action avec ses forces, ses faiblesses et sa culture. Tous se rejoignent sur un lieu des plus austère : une plateforme pétrolière dans les mers australes. Sur Goliat se déroule en effet, au milieu des éléments naturels déchainés, une série de crimes abominables. Lequel de ces personnages fracassés a perdu la tête ?

 

Ce roman se dévore, même si quelques scènes de description du site pétrolier et de son fonctionnement se révèlent un peu complexes. J’ai vraiment aimé la construction de l’intrigue, la construction psychologique des personnages et la plume de l’auteur qui nous pousse à élaborer divers plans de résolution de l’enquête. On croit en tenir le fil, et puis viennent les derniers chapitres : eux seuls vont livreront le fin mot de l’histoire ! 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire