lundi 19 octobre 2020

Les noces mécaniques, Marie Kneib (Plume blanche, 04/2020)

 


Les noces mécaniques, Marie Kneib (Plume blanche, 04/2020)

 💛💛

Je ressors de ce roman "Steam punk" assez mitigée, je dois le dire…

Pourtant, tout avait bien commencé ; une plume dynamique, des personnages charismatiques, de l’originalité dans l’univers créé, de l’humour dans certaines répliques, et puis les pages ont tourné, et la lassitude s’est installée…

 

« Quoi, tu n'as jamais vu d'entrée théâtrale ? Enfin, je suppose que tout le monde ne peut avoir un quotidien aussi trépidant que le mien. Désolée, ma belle, mais je ne peux pas rester, j'ai quelqu'un à poursuivre. »

La jeune Clara voit son mariage anéanti par l’intervention d’un détective farfelu nommé Octavius. Issue d’une famille de notables, et alors qu’elle avait réussi à faire accepter à sa famille le fait qu’elle désirait épouser d’amour Wilhelm, un artiste peintre désargenté, voilà que la jeune femme se retrouve dans l’obligation d’épouser l’illustre inconnu qui vient d’interrompre la cérémonie, sous peine de déséquilibrer l’énergie de la ville de Néacity. Et voici qu’aussitôt les consentements échangés, Octavius prend la fuite ! Clara, au tempérament tout feu tout flamme, ne l’entend pas de cette oreille et file à sa poursuite, courant comme une échevelée dans les rues de la ville, écrasant des pieds et distribuant des gifles aux gens qui se mettent sur son passage en espérant la raisonner.  Vont s’ensuivre toute une série de mésaventures, liées à la découverte de terribles secrets et dont ils ne se sortiront indemnes qu’avec l’aide d’un journaliste habile en camouflage, Felice, et une sorcière bien arrangeante, Camellia.

 

Au final, les premières pages m’ont vraiment séduite, mais la suite m’a énormément déçue car j’y ai trouvé beaucoup de facilités – c’est souvent le piège lorsqu’on imagine un univers de toutes pièces - et j’avais parfois l’impression d’être dans un épisode de « MacGyver » : à chaque problème on trouve immédiatement une solution, on crochète une serrure, on manipule mentalement, etc. Et puis il y a beaucoup de coquilles… C’est dommage.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire