samedi 31 octobre 2020

Ce qu’il faut de nuit, Laurent Petitmangin (La manufacture de livres, 08/2020)

 


Ce qu’il faut de nuit, Laurent Petitmangin (La manufacture de livres, 08/2020)

💜💜💜💜💜

Pour un premier roman, c’est un texte d’une qualité remarquable ! La plume est sensible, tout en étant incisive à coups de phrases courtes mais lourdes de sens. Les émotions que Laurent Petitmangin veut transmettre à son lecteur sont profondes, et le mettent au bord du malaise. Il en ressort un sentiment de tension extrême.

« Est- ce qu'on est toujours responsable de ce qui nous arrive ? Je ne me posais pas la question pour lui, mais pour moi. Je ne pensais pas mériter tout ça, mais peut- être que c'était une vue de l'esprit, peut- être que je méritais bel et bien tout ce qui m'arrivait et que je n'avais pas fait ce qu'il fallait. » Nous sommes en Lorraine, auprès d’un père, veuf, qui élève ses deux garçons, Fus et Gillou, de bons gamins bien élevés. C’est un univers ouvrier où rode le spectre du chômage et le père veille d’un oeil sur la scolarité de ses fils, tout en les laissant choisir leur voie. Il fait partie de la section locale du Parti socialiste qui a repris le flambeau des communistes mais le F.N. se fait de plus en plus présent, voire arrogant…

« La page continuait sur des trucs de rap que je ne saisissais pas, mais surtout sur un tas de commentaires où on niquait et enculait tout ce qui n'était pas pur blanc breveté. ! Juifs et pédés étaient les mieux servis, suivis de près par les Arabes, mais comme tout s'accompagnait d'une kyrielle de petits smileys, j'imagine que ça ne portait pas trop à conséquence. » Le père n’a pas anticipé la claque qu’il allait se prendre…

Un roman familial sombre, dans lequel on se pose de nombreuses questions ; et si cela nous arrivait ? Il prend aux tripes tant on s’attache au papa narrateur qui pense faire au mieux pour élever ses fils et qui se voit rattraper par un bien méchant destin.

Ce roman est une véritable pépite parmi les publications de la rentrée ; à ne pas louper !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire