lundi 17 mai 2021

Célestin et le coeur de Vendrezanne, Gess (Delcourt, 04/2021)



Célestin et le coeur de Vendrezanne,  Gess (Delcourt, 04/2021)

💔💔💔

Aucun doute : le livre- objet est ici magnifique ! Cette bande dessinée de presque deux cent pages est de toute beauté, tant par la richesse des illustrations que par la qualité du papier. Un plaisir tactile et visuel de lecture qui vous emmène dans le Montmartre de la fin du XIXème siècle, aux côtés de Célestin. Cet homme discret et vif est serveur à l’auberge de la Pieuvre, lieu qui sert de repère à la pègre locale.

 

« Dieu créa l’homme à son image », ce précepte m’a toujours fait doucement sourire. Car si vous pouviez contempler vos « semblables » par mes yeux… vous constateriez la vertigineuse diversité des apparences de ceux que vous nommez « êtres humains ». C’est mon don de vous voir tel que vous êtes au fond. » Notre Célestin possède ce que l’on appelle un « talent » : il voit la véritable nature des êtres humains qu’il côtoie (on dit qu’il est « discerneur »), et croyez- moi, ce n’est pas beau à voir. Mais le jeune homme refuse que cela se sache. Il se fond dans la masse, évite les ennuis. Pourtant, en voulant aider un gamin des Asticots (surnom donné aux enfants pauvres qui se faufilent dans les maisons pour y perpétrer quelques menus larcins sur commande), Daumale, il risque de se faire remarquer et de dire adieu à sa tranquillité…

 

Pendant ce temps, dans un sous- sol, « l’insomniaque » se voit chargé d’une drôle de mission : crever un cœur toutes les deux minutes… Et un vieillard, dans une grotte, affronte tous les hommes prêts à se battre contre lui, sans jamais être le perdant…

 

J’ai beaucoup aimé le début de cette bande dessinée ; lorsque Célestin raconte l’histoire de l’auberge, son propre vécu et qu’il nous présente les habitués de la Pieuvre. Par contre, j’ai moins aimé lorsque l’histoire a laissé la place à un monde fantasmagorique violent. Je suis restée sur ma faim aussi quant à certains éléments ; ainsi, j’aurais aimé en savoir davantage sur les Géants évoqués dans l’une des dernières vignettes. Ceci dit, si vous êtes fan du 9e art ; n’hésitez pas à vous procurer cette belle bande dessinée, ne serait- ce que pour la beauté des illustrations et de la mise en page. Vous ne le regretterez pas !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire