mercredi 12 mai 2021

Les légendes de Cirinëa – Livre 1 : Arunalt, chasseur de dragon, Louis Turjanen (M+ Editions, 04/2021)


 

Les légendes de Cirinëa – Livre 1 : Arunalt, chasseur de dragon, Louis Turjanen (M+ Editions, 04/2021)

💛💛💛 

« Par nature, un héros est un protecteur. Il fait preuve de courage, met sa vie en péril pour épargner le danger à la vie des autres. Il fait preuve d'empathie, incarne une élévation morale, et fait preuve d'abnégation. Un héros est par essence remarquable, mais pas nécessairement remarqué. » Cette définition colle tout à fait au personnage d’Arunalt. Ce guerrier mi – Thor, mi – Shrek (« Allons occire le dragon »), a une manière bien particulière d’envisager ses missions, entre magie et réflexions philosophiques.

 

« C'est le grand équilibre de l'Univers : il s'est engendré lui- même, et par la même occasion, a engendré la Vie, et son équilibre la Mort.
Tout fonctionne avec son contraire. Le plus important est l'équilibre qui se crée entre les deux. »
Arunalt n’est pas que guerrier. C’est aussi un magicien, peut- être même un sorcier, qui maîtrise les ressources naturelles pour arriver à ses fins, entre deux pauses méditatives. Il se questionne en permanence sur le respect des valeurs dans la société des hommes.

 

« L'attaque vint un matin, par- dessus les montagnes.
Un immense dragon avait surgi dans le ciel, et s'était attaqué à toutes les fermes, hameaux, villages qui étaient sur son chemin. »
La nouvelle mission qui va donner envie à Arunalt de prendre la route est avant tout une cause : un dragon a détruit la vie de centaines de personnes en s’attaquant à un château pour mettre sa patte griffue sur l’or qui s’y trouvait. En se rendant sur place, il va rencontrer celui qui sera désormais son compagnon de route, Brenohir. Occire le dragon permettra à des centaines de paysans exilés de retrouver leurs terres et de nouveau les cultiver, et ainsi retrouver une certaine dignité.

 

Au final, un roman de fantasy que j’ai apprécié de lire du fait des nombreuses références légendaires (Elfes, Korrigans, Ogres…) et du côté loufoque du personnage principal. Les discussions menées avec Brenohir sont terriblement d’actualité alors qu’on a l’impression de lire un roman situé au Moyen- Âge. Par contre, j’ai regretté que les relations avec les autres « espèces » magiques n’aient été que survolées. Arunalt m’a parfois fait penser aux chevaliers de la série « Kaamelot » et je l’ai trouvé attachant, mais là aussi, j’aurais aimé en savoir plus sur lui. Peut- être dans prochains tomes de cette saga, dont la vocation d’être multi- auteurs s’avère très intrigante !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire