dimanche 13 juin 2021

Seule la haine, David Ruiz Martin (Taurnada, 06/2021)


 

Seule la haine, David Ruiz Martin (Taurnada, 06/2021)

💛💛

 

Un cabinet de psychanalyste, en centre ville. Elliot, quinze ans, n’a pas rendez- vous mais il parvient à s’y incruster. Larry Barney pense que cet adolescent a besoin de s’épancher, mais il va vite déchanter. Le voilà menotté à son fauteuil, face à un gamin armé venu se venger…

 

« L'être humain est faible et Elliot en est conscient.
Notre monde va mal et Elliot en est conscient.
Son frère s'est logé une balle dans la tête et Elliot en est conscient. »
Simon, le frère du jeune garçon, s’est suicidé. Elliot, qui ne parvient pas à faire son deuil, est persuadé que si son aîné a mis fin à ses jours, c’est de la faute du psychanalyste qui le suivait.

 

« Pour une raison que j'ignore, ce gosse se joue de moi. Il prend un plaisir non dissimulé à me faire perdre mes moyens. A me détourner de mes pratiques habituelles, et je n'aime pas ça. J'ai soudain très chaud. J'ai soudain envie de hurler. J'ai soudain envie de lui coller la gifle qu'il mérite depuis son arrivée ! » Elliot va alors se mettre à narrer une drôle d’histoire, dans laquelle Larry se retrouve bien plus impliqué qu’il n’y paraît. Ses certitudes vacillent face aux propos de l’adolescent intellectuellement précoce.

 

« L'être humain est une espèce lâche, Doc, vous le savez bien. Les gens préfèreraient laisser couler un môme au fond d'un lac plutôt que de prendre le risque de saloper leur précieux costard. » L’adolescent, désabusé, semble prêt à tout, même au pire. Jusqu’où cette confrontation en huis clos va -t- elle aller ? Comment vont-ils, l’un et l’autre, s’en tirer ?

 

Les personnes qui aiment se perdre dans les thrillers psychologiques à huis clos vont sûrement adorer cette lecture qui retourne bien les méninges dans touts les sens. Qui dit vrai ? Le doute s’installe dans la tête du narrateur, Larry, mais aussi dans la tête du lecteur, de manière durable. Les faits racontés par Elliot sont monstrueux et on compatit rapidement à son envie de venger son frère. Mais personnellement, j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans le récit, puis j’ai trouvé quelques longueurs, et répétitions, qui m’ont fait décrocher de l’histoire. Je n’arrivais plus à y croire. C’est dommage.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire