dimanche 11 juillet 2021

Café vivre (chroniques en passant), Chantal Thomas (Points, 05/2021)


 

Café vivre (chroniques en passant), Chantal Thomas (Points, 05/2021)

💓💓💓💓💓

 Je connaissais Chantal Thomas « visuellement », ses romans étant régulièrement mis en valeur chez mon libraire. Mais j’avoue, je n’avais jamais eu la tentation de lire l’un de ses romans. Et puis en janvier de cette année, la voilà élue au sein de la trop masculine Académie française. Alors là, je me suis dit : « tu dois la lire » et j’ai choisi de découvrir sa plume au travers des chroniques que l’auteure a rédigées pour le journal « Sud Ouest » de 2014 à 2018, publiées sous la forme d’un recueil.

 

"Café vivre", dénué de toute vision rétrospective, répète au présent l'instant où l'on fait une pause, où l'on s'assoit sous un arbre, à une terrasse, où l'on s'arrête à un carrefour, sur une plage, au milieu du chemin, pour, simplement, regarder autour de soi. » Ainsi ces chroniques, d’une page et demie, font voyager le lecteur de Paris à New York, à travers les yeux rêveurs de l’auteure.

 

« Désinvoltes quant à l'ordre des temps, ces textes ne le sont pas quant à celui des saisons. » Je dirais même qu’ils sont intemporels. Les citations des auteurs du siècle des Lumières sur l’éducation des femmes semblent toujours d’actualité, la ghettoïsation des quartiers peuplés par les vagues successives de l’immigration aussi. Et que dire du détachement du livre, de la lecture, de la part des jeunes générations, cette « catégorie en voie d'extinction, comme des survivances ou des fantômes d'une époque disparue » ?

 

Chaque phénomène de société est pris dans son ensemble, analysé d’un point de vue éminemment culturel (n’oublions pas que nous lisons une Académicienne !), saupoudré d’une réminiscence personnelle, et enfin, Chantal Thomas va proposer au lecteur une perche qui lui permettrait de donner, à son tour, un avis sur le phénomène observé. Ainsi, pour les cadenas accrochés aux ponts en guise de serment d’amour : « Il est troublant qu'aujourd'hui, dans une société où femmes et hommes ont en principe la même liberté sexuelle et la même conscience de la fragilité des sentiments, un cadenas puisse à ce point paraître l'objet parfait pour symboliser le rêve d'aimer. » L’histoire d’amour que vous vivez peut- elle être symbolisée par un cadenas ? Qu’en pensez- vous ?

 

Au final, j’ai adoré lire ces chroniques de-ci de-là, à la façon d’amuse- bouches introductifs à ses œuvres romanesques. Chantal Thomas est une Grande Dame à la plume érudite mais accessible. Ses romans feront partie de mes prochaines lectures et je vous invite sincèrement à découvrir cette auteure si ce n’est pas encore fait.   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire