dimanche 14 mars 2021

Camille with love, Julie - Anne De Sée (Elixyria, 01/2021)



Camille with love, Julie - Anne De Sée (Elixyria, 01/2021)

💚💙💚💙 

Camille with love pourrait être désigné par une appellation du genre « livre de vie ». En effet, dans ce roman, il n’y a pas d’intrigue à proprement parler. L’auteure nous propose ici de partager une année de vie avec ses personnages, un homme et une femme, ayant la particularité d’être tous deux prénommés Camille.

 

A chaque fois que je prenais ce livre en main me revenait un slogan des années 80 pour une chaîne de magasin de chaussures, qui jouait sur le côté androgyne de certains modèles portés par des mannequins entonnant « Est- ce une fille ou un garçon ? Un garçon aux cheveux longs ? Ou une fille en pantalon… » Car les deux Camille de ce roman m’apparaissaient interchangeables : même sensibilité, mêmes goûts raffinés, même appétence culturelle… Et mêmes déboires amoureux. « Chacun portait les cicatrices toutes fraiches des coups de griffe d'un passé si proche qu'elles pourraient bien se remettre à saigner s'ils n'y prenaient pas garde. »

 

Ces deux trentenaires bobos parisiens sont tous deux professeurs de lycées. Ils se sont d’ailleurs rencontrés lors de l’affichage des résultats de l’agrégation. Leur amitié est devenue rapidement intense et ils semblent parfois incroyablement fusionnels. Pourquoi ne sont-ils pas amoureux l’un de l’autre ? Parce le jeune homme, lui, préfère les garçons. Alors chacun d’eux cherche sa moitié, souvent avec de grandes parts de déception. « Comment diantre pouvait - il avaler si tôt le matin un thé d'après- midi ? S'il avait fallu une raison supplémentaire et rédhibitoire pour partir, elle était là toute trouvée ! »

 

Au final, j’ai vraiment aimé passer cette année avec les deux Camille. Leurs désespoirs amoureux m’ont peinée et fait sourire ; leurs profils psychologiques étant si bien dressés que l’on ne peut que s’attacher à ces deux êtres sensibles, ne se supportant finalement que l’un l’autre, avec autour d’eux une ribambelle d’animaux choyés. Un « roman – doudou », pour reprendre l’expression d’une amie, qui fait du bien en cette période si morose !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire