jeudi 8 avril 2021

Kérozène, Adeline Dieudonné (L'Iconoclaste, 04/2021)



Kérozène, Adeline Dieudonné (L'Iconoclaste, 04/2021)

💙💙💙💙

 Bienvenue dans l’antre de l’imaginaire glauque d’Adeline Dieudonné. Après nous avoir entrainés dans l’univers terriblement (insupportablement) violent de la gamine de « La vraie vie », l’auteure nous dépose sur une aire d’autoroute lambda, quelque part dans les Ardennes françaises, au milieu d’âmes esseulées et des effluves de gasoil.

 

Douze personnes sont présentes à l’instant T ; comme si l’auteure avait pris une photographie. Douze personnes mais aussi un cheval, et un cadavre caché dans le coffre de l’un des véhicules stationnés là. Quatorze profils différents, à qui l’auteure a donné la parole. Des histoires de personnages qui seront agencées comme un recueil de nouvelles, mais aussi comme le panorama de notre société actuelle avec un gros doigt pointé vers ses défaillances : avec, entre autres, le malaise de l’épouse parfaite, celui de la mannequin psychologiquement perturbée par les dauphins, la prof de pool dance qui ne supporte plus les hommes faibles, le gynécologue à qui la femme a refilé la chaude- pisse et l’esclave asiatique exploitée en France en tant que nounou pour espérer donner un avenir à ses propres enfants qui eux, l’ont déjà oubliée ; « Alika se demande quel est ce monde tordu qui lui impose un choix aussi merdeux. Ça n'est pas une surprise, les signes qui démontrent la faillite de l'aventure humaine ne manquent pas. »

 

Au final, des portraits décapants, cyniques, qui, parfois, font sourire, mais qui, souvent, laissent amer. Le portrait du petit cheval Red Apple m’a retourné le cœur. Ce que nous raconte Adeline Dieudonné semble tellement vrai. La fiction n’est plus de mise. Elle flirte collé- serré avec la réalité. J’ai pourtant lu ce roman avec avidité, tant j’aime le style percutant de cette auteure, mais j’ai beaucoup moins aimé le format, plus proche du recueil de nouvelles, qui m’a empêchée de m’attacher aux personnages, comme cela avait été le cas dans « La vraie vie ». Après, j’intègre totalement le fait qu’un auteur ne peut pas répéter la même recette de son succès d’une publication à l’autre. Quoi qu’il en soit, je serai au rendez- vous pour la prochaine publication d’Adeline Dieudonné !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire