mercredi 24 juin 2020

Mamma Maria, Serena Guiliano

Mamma Maria, Serena Guiliano (Le Cherche Midi, mars 2020)

★★★☆☆

« Il faut des pâtes, pour vivre. Il faut des lasagnes, de la friture, du gras, de l'eau de mer et du soleil. Sinon, la vie ne vaut même pas la peine d'être vécue. » Telles sont les paroles de Maria, la propriétaire du café « Mamma Maria » situé sur la côte amalfitaine, au sud de Naples, face à la Méditerranée. C’est là que Sofia, après huit années passées en France où elle avait rencontré l’amour, est revenue se ressourcer. Maria était une amie de sa regrettée grand-mère et Sofia a hérité de la maison de celle-ci. Elle y loge donc en retrouvant les habitués du café qu’elle connait depuis l’enfance : Ugo, Franco et Luciano. Elle reprend rapidement l’habitude de jouer avec ce trio d’anciens à la « scopa », histoire de se changer les idées. Elle en a bien besoin étant donné qu’elle est incapable de se concentrer sur son métier de traductrice tant ses déboires amoureux avec Jérôme, le Français qui a conquis son cœur mais pas son âme, la contrarient. Ce malotru, en effet, ne veut absolument pas venir en Italie pour découvrir le berceau de sa petite- amie, ni rencontrer les personnes qui l’ont vue grandir… Elle réfléchit donc au moyen de lui faire changer d’avis…

Ce cœur brisé va emmener le lecteur à la rencontre de ces Italiens typiques, qui parlent haut, avec les mains, se nourrissent de pâtes et de pizzas, ne boivent que du café noir serré et font des cocktails au limoncello. Le but est clair : dépayser, et montrer que l’on peut encore croire dans l’être humain. Car les habitués du « Mamma Mia » vont être confrontés à un événement inédit dans le village, et si les premières réactions seront des plus hostiles, la grandeur d’âme de Sofia et de quelques autres va transformer la calamité en félicité.  

Vous l’aurez deviné, ce roman est là pour vous « faire du bien ». Les personnages y sont sympathiques ; j’ai beaucoup aimé les trois vieillards ! Et bien sûr, le cadre est idyllique. Après, personnellement, j’ai regretté qu’il y ait tant de clichés, et puis une certaine « mollesse » de la plume (chercher un côté « humain » à des tagliatelles, ne pouvait-on pas creuser un peu et trouver une image plus cohérente ?).

Bref, un roman tout de même agréable à lire mais essentiellement fait pour l’été, sur la plage, quand on pose son cerveau sur un coin de la serviette en pensant que tout le monde est beau et gentil.   

Aucun commentaire:

Publier un commentaire