mercredi 3 juin 2020

Sensual Bachata, Charlie Genet


Sensual Bachata, Charlie Genet (Editions Elixyria, 10/2019)

★★★★★

« Je n'aime pas ces personnes sans âme : les hommes ont les mains baladeuses et semblent attendre que votre conscience soit KO pour vous prendre ce que vous ne voulez pas leur offrir ; les femmes se jalousent et se pavanent sur les podiums, tentant de trouver une reconnaissance dans le regard des fêtards, de l'amour dans le sexe rapide. »  Suzanne voit juste. Combien sommes- nous, homme ou femme, à chercher un succédané d’attention dans ces relations d’un soir en boîte de nuit ? Un ersatz du grand amour, qui se terminera au petit jour ? On s’accroche aux balises que le destin veut bien nous concéder…

Suzanne y croit à 200%, soutenue par Bartz, le meilleur ami de son frère, son partenaire de danse et son futur mari puisque les noces sont déjà arrangées entre ces deux familles « favorisées ». Sauf que... Fabien, le jumeau de Suzanne ; est mort sous les balles des terroristes au Bataclan. Elle ne s’en relève pas. Avec Bartz, elle s’enfonce donc dans les nuits de débauche, oubliant le futur de danseuse professionnelle que sa mère lui avait déjà tracé.

Pourtant un soir, elle va retrouver le jeune inconnu avec qui elle avait dansé, le soir du Bataclan. Un garçon qui lui avait semblé être son « âme sœur de danse » ; celui qui anticipe le moindre de ses mouvements et sait y répondre avec talent : Noé. De nouveau, devant elle, va s’ouvrir le chemin de la Bachata, de la compétition « amateur », et il ne tiendra qu’à elle de tirer les ficelles du succès.

Une romance à un rythme sensuel que j’ai dévoré, porté par la plume passionnée de Charlie Genet. Je ne connaissais absolument pas la Bachata et l’auteure m’a poussée à m’y intéresser. J’envie les danseurs de cette discipline, si complices et si sensuels. Je serais bien incapable de me laisser aller ainsi : Mais ce qui est remarquable, c’est justement que l’auteure nous permette de faire découvrir une pratique sportive à travers son récit mais surtout, nous fasse mesurer l’ampleur cathartique que peut revêtir une activité sportive ou artistique dans un cadre de remédiation au deuil.

Bref, sans connaître la bachata, je me suis laissée entraînée par une romance construite sur un deuil lié aux attentats du Bataclan en 2015 ; ce qui n’est pas anodin ni banal. Ce n’est ni mièvre ni attendu ; les personnages doivent vraiment « s’arracher » pour vivre comme ils l’entendent. La « vraie vie » quoi…

P.S. : J’ajouterai que j’ai adoré revoir Ezra (« Deadly Rose ») apparaître dans ces pages !!! 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire