lundi 23 novembre 2020

Le dernier inventeur, Héloïse Guay de Bellissen (Robert Laffont, 08/2020)


 

Le dernier inventeur, Héloïse Guay de Bellissen (Robert Laffont, 08/2020)

💛💛

Je ressors déçue de ce livre qui est qualifié de « roman » mais qui est plutôt un méli – mélo de genres différents : essai, témoignage, récit fictionnel mâtiné de réel. Je n’ai pas du tout aimé la manière dont l’auteure a agencé une histoire dont le résumé m’avait pourtant fortement alléchée : « C'est l'histoire d'un homme entré dans l'Histoire car il a découvert Lascaux à treize ans et des poussières et que la même Histoire a voulu anéantir. Réduire en poussière. »

En effet, Simon Coencas est l’un des découvreurs (ici appelés « inventeurs », on ne sait pas pourquoi…) de la grotte de Lascaux. Une bien belle histoire que celle de ces quatre gamins qui tombent sur la grotte recelant les œuvres d’art pariétal les plus connues au monde. Ce que la « légende » ne raconte pas, c’est que l’un d’eux, Simon, a été interné à Drancy, à deux doigts d’être envoyé à Auschwitz, comme l’ont été ses parents, du fait de la judéité de ses aïeuls : « Simon, c’est quelqu’un qui affronte tout aussi bien la chance qu’il a eue à Lascaux et l’injustice qu’ils ont subie sa famille et lui ».

Il y en avait, donc, de la matière, pour rédiger une histoire captivante, d’autant plus que l’auteure a eu le privilège de rencontrer Simon et de l’interroger sur ses souvenirs, chose qu’il avait toujours refusée auparavant. Mais là, ce ne sont que de courts chapitres ; parfois un compte – rendu de discussion, d’autres fois un récit narratif dans lequel le vrai et le faux sont mélangés, et le tout, précédés de courts textes flirtant avec la poésie et dont la narratrice n’est autre que la grotte…


Bref, c’est vraiment dommage de ne pas avoir exploité ces richesses de manière plus « conventionnelle ». Je ne doute pas que certains lecteurs seront charmés, mais moi, non, même si quelques paragraphes m’ont quelque peu émue, mes attentes de lectrice n’ont pas du tout été comblées.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire