dimanche 20 décembre 2020

Liz, tome 4 – Danser avec les requins, G.H. David (Elixyria, 02/2020)

 



Liz, tome 4 – Danser avec les requins, G.H. David (Elixyria, 02/2020)

💓💓💓💓💓 

Ce quatrième tome de la saga « Liz » clos la tétralogie centrale. L’heure est donc venue pour Liz de régler quelques comptes, et de savoir qui se cache derrière le projet Phénix. Et le final est digne des meilleurs films de gangsters ! Liz remonte une dernière fois le fil de son passé douloureux, programmant une ultime rencontre avec sa mère, cette horrible bonne femme, et partant à la recherche de son mystérieux père, qui semble enfin vouloir se rapprocher de sa fille… Elle doit aussi régler une fois pour toute ses anciennes histoires d’amour : faire le deuil de Stéphane pour de bon, s’éloigner de Sylvain qui, lui, continue à l’aimer, et enfin se consacrer à Max, le seul qui semble mériter son cœur et lui donner envie de se projeter dans le futur.

« Je soupire de bien- être et heureuse, je me laisse aller contre son torse en fermant les yeux, avec le sentiment d'avoir accompli un long voyage et d'être arrivée, enfin. » Et quel voyage ! Entre trafic d’œuvres d’art, d’alcool et de drogue, on ne peut pas dire que les fréquentations de Liz soient recommandables. D’autant plus que les trafiquants ont pour habitude de vouloir étendre leur pouvoir et leur réseau, et pour ce faire, ils ont tendance à se faire des coups en douce, n’hésitant pas à utiliser tous types de poisons ou d’armes pour faire disparaître ceux qui se mettent sur leur chemin.

Liz et Max dénouent le fil de la toile d’araignée dans laquelle sont entremêlés les traitres, et ça va saigner ! « S'il tue, j'en ferai autant. Nous serons notre force, notre soutien, jusqu'en enfer s'il le faut, là où la morale n'a plus cours. Il mord sa lèvre inférieure avant de me serrer contre lui, conscient de ce mariage de déraison. » Quand on y pense, il faut une jolie dose de folie pour fréquenter le « milieu », quand on mesure les risques encourus pour qui souhaite s’en échapper. Pour espérer – enfin – vivre une vie « ordinaire », Liz va devoir consentir à quelques sacrifices…

Bref, un dernier tome très dynamique dans lequel les actions s’enchainent et laissent moins de place aux passages d’introspection que l’on trouvait dans les tomes précédents. Pour cette raison, c’est clairement mon préféré de la saga. La plume élaborée de G.H. David est toujours un régal à lire ; personnellement j’adore la richesse du vocabulaire employé et les références culturelles qui émaillent le récit. Je me demande bien ce que le tome 5, qui raconte une histoire indépendante de la série, va contenir… Tentant !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire