mercredi 2 décembre 2020

Les suppliciées du Rhône, Coline Gatel (Préludes, 01/2019)


 

Les suppliciées du Rhône, Coline Gatel (Préludes, 01/2019)

💙💙💙

Si vous êtes fan de la série « Les Experts », ce roman policier historique est écrit pour vous ! On sent en effet les longues recherches effectuées par l’auteure pour vous raconter les origines de la criminologie en France et c’est vraiment passionnant !

Nous sommes à Lyon, en 1897, et le professeur Lacassagne fait sensation avec les autopsies qu’il réalise au milieu d’un public d’étudiants en médecine : « Une salve d'acclamations accueillit la fin du cours. Les pieds qui tapaient contre les estrades de l'amphithéâtre ne le faisaient plus pour chahuter, mais bien pour marquer le contentement des étudiants, heureux d'avoir pu assister à cette autopsie et à ses résultats. »

Ce scientifique est persuadé que l’on peut dresser le profil psychologique d’un criminel en observant la manière dont il a assassiné sa victime. Et lorsque l’on découvre plusieurs corps de jeunes filles atrocement mutilés dans les bas-fonds de la ville, Lacassagne va former un trio d’enquêteurs formé de deux médecins habituellement sous sa coupe, Félicien et Bernard, et d’une journaliste plutôt étrange nommée Irina. Mais avancer dans un milieu constitué de notables, de religieuses ou d’opiomanes va se révéler plus ardu qu’il n’y paraît…

« J'en suis arrivé au fait que, par le livre, tout homme né dans la fange pouvait s'en extraire, car rien n'est mauvais dans l'esprit, tout est à cultiver. » Et pourtant, dans la fange, nos trois personnages vont bien, momentanément, y retourner, le temps d’y régler quelques sombres affaires liées au passé. En effet, chacun d’eux garde cachés de bien sombres secrets…


Au final, un roman vraiment captivant pour les deux premiers tiers du livre, lorsque les éléments de l’enquête et les réflexions qui en découlent sont novateurs et intéressants. Puis vers la fin, la résolution de l’intrigue s’épanche un peu trop sur le passé de l’un des protagonistes et personnellement, cette partie m’a ennuyée… Toutefois, c’est un roman qui mérite d’être lu tant le style de l’auteure est agréable à lire, étant intelligent et savant sans être trop élitiste. J’ai adoré ses phrases mesurées et la richesse du lexique employé. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire