samedi 6 novembre 2021

Dans l'œil du démon, Junichirô Tanizaki (Picquier Poche, 08/2021)




Dans l'œil du démon, Junichirô Tanizaki (Picquier Poche, 08/2021)

💙💙💙

Et vous, si on vous proposait d’assister à un meurtre sans aucun risque vital ni conséquence judiciaire ; accepteriez- vous ? C’est ce qui est proposé au narrateur, un écrivain en mal d’inspiration. Son meilleur ami, Sonomura, a réussi à déchiffrer un message secret grâce à sa connaissance du code utilisé dans la nouvelle d’Edgar Poe, « Le Scarabée d’or ». Ce dernier contient des informations sur le lieu, la date et la manière dont sera perpétré un assassinat.

 

« Au milieu de la nuit, vers une heure du matin, quelque part dans Tokyo, un forfait... que dis- je un forfait, un meurtre va être commis. Et moi, j'ai bien envie de m'y préparer dès maintenant, pour me rendre sur place avec toi et y assister, qu'en dis- tu ? Tu n'as pas envie de voir ça ? » Cette proposition ne peut que titiller l’esprit de notre narrateur. D’un côté, il craint de voir son meilleur ami tomber dans un traquenard, de l’autre, son imagination a indéniablement besoin d’un coup de pouce…

 

« Cette fois, il était devenu fou, cela ne faisait plus aucun doute. La montée de sève de ce mois de juin maussade et étouffant - et l'on dit que c'est la période de l'année où se déclarent le plus grand nombre de maladies psychiatriques - avaient dû lui porter au cerveau. » Sonomura est un riche héritier oisif qui a tendance à développer des troubles psychiatriques : faut- il croire ce qu’il raconte ? Notre narrateur doute….

 

« Mon principal étonnement, plus exactement, me vint de l'extraordinaire beauté de sa silhouette. Si jusque- là toute mon attention était accaparée par le crime, quelle ne fut pas ma stupéfaction en apercevant son visage ! » Nous sommes dans un roman japonais, et très vite, les possibilités d’une scène glauque font place à un détail plein de grâce : l’un des commanditaires du meurtre est une femme splendide. Alors, d’un coup, le récit s’égare dans la contemplation…

 

Au final, un roman très court, qui se lit d’une traite, et qui fait plutôt penser au genre de la fable. Ne pensez pas lire un thriller, on en est bien loin. Mais pour ce qui est du style, typique de la littérature japonaise, de la psychologie des personnages et de la manière d’amener les retournements de situation, c’est une expérience de lecture intéressante.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire