jeudi 18 novembre 2021

Pandémonium, Sylvain Kermici (Les Arènes, 08/2021)



Pandémonium, Sylvain Kermici (Les Arènes, 08/2021)

💔

 Bienvenue au Leviathan, un cinéma établi sur au moins trois niveaux, dans lequel se retrouvent  des sadiques, des prostituées, des mafieux, et les adeptes d’un gourou nommé Jacob. Le vice est à chaque étage et les films porno projetés sont réservés à un public averti. Franck, Elsa et d’autres viennent chercher un « je ne sais quoi » de subversif dans ces lieux où la violence et l’immoralité s’éclatent.

 

« Qui oserait affirmer que la douceur et l'amour ont présidé à l'apparition de la vie ? Qui oserait affirmer que la vie et la violence sont deux choses distinctes ? » Jacob, le gourou, se la joue philosophe, assassin du complexe d’Œdipe et de tant d’autres troubles de l’enfance. Lecteur, accroche- toi.

 

« Les gens ont tort de se plaindre des sociétés capitalistes modernes. Elles sont l'image parfaite de la psyché humaine : brutales, cannibales, autoritaires, profondément injustes et inégales, malgré d'apparentes velléités, disons humanistes, auxquelles personne ne croit d'ailleurs. Elles sont d'autant plus fortes qu'elles demeurent instables. Le Tout se nourrit du chaos de l'Un. » L’injustice, cette excuse universelle de vengeance, de violence, de rébellion et de chaos. Nous sommes ici au- delà. Mais le discours proposé n’est jamais analysé ni remis en question. Il est juste le prétexte, la justification de tout acte violent.

 

Au final, un livre que j’ai survolé, bien trop éthéré, bien trop fataliste et vain. Les phrases et les chapitres sont courts, alors les pages se tournent très vite, mais moi, je suis restée sur ma faim. J’aurais aimé trouver des analyses, un éclairage, aux propos souvent scandaleux, aux actes glauques. Mais non, la violence est ici gratuite, et cela juste « parce que » comme répondraient des gamins de sept ans. Dommage…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire