samedi 25 avril 2020

Love me Lou, Eva de Karlan


Love me Lou, Eva de Karlan (éditions Elixyria, juin 2019)

★★★☆☆

« Être sous- fifre n'était pas dans ma destinée. La mienne, elle s'est écrite dans l'hémoglobine du boss quand je l'ai approché pour lui découper le visage avec mon cran d'arrêt et une lame de rasoir. Une simple formalité à laquelle j'ai pris beaucoup de plaisir. » C’est ainsi que se définit Xander, un homme terriblement dangereux, très certainement psychopathe de naissance.
Dan, lui, est tout le contraire. Un être profondément bon et courageux qui a su déployer des tactiques de survie et de protection dès l’âge de douze ans afin de se protéger et surtout, d’élever sa petite sœur, Aby, à la mort de leur mère. Pour vivre tranquille et avoir un minimum de respectabilité, il a appris à se battre et à manier les armes. Il a un objectif : trouver un emploi stable pour pouvoir vivre dans des conditions décentes.
Car ces trois personnages vivent en zone 13, un quartier mal- famés qui regroupent les criminels, les junkies, les trafiquants en tous genres et les prostituées.

Cependant, un jour qu’il rentre de sa formation d’ambulancier, Dan va défendre une jeune femme de la « city » qui se fait sauvagement agresser. Un regard et c’est le coup de foudre. Elle s’appelle Lou et exerce le métier de conférencière dans la partie de la ville où l’on vit davantage en sécurité et de manière plus confortable, plus aisée.
Quelques œillades, un premier rendez-vous, un second… Dan vit sur un petit nuage, tout en doutant : vu d’où il vient, Lou n’est- elle pas trop bien pour lui ?
Mais voilà qu’un coup tordu de Xander remet l’avenir de Dan en question...

La première partie de ce roman met en place les personnalités des trois personnages principaux et les enjeux des liens qui les unissent. C’est un passage que j’ai trouvé un peu lent au niveau du rythme et j’avoue m’y être ennuyée. Par contre, la deuxième partie donne un véritable second souffle à l’intrigue et là, j’ai été captivée par les sombres péripéties des protagonistes de l’histoire. Seule la scène finale, trop onirique à mon goût, m’a décontenancée…


Au final, une lecture que j’ai trouvée bien agréable mais qui manquait d’intensité pour me plaire totalement.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire