mardi 13 août 2019

Personne n'a peur des gens qui sourient, Véronique Ovaldé


Personne n'a peur des gens qui sourient, Véronique Ovaldé

★★★★★


J’ai adoré et dévoré ce roman ! Une fois embarquée dans la voiture de Gloria, en compagnie de ses deux filles, Stella et Loulou, je me suis lancée dans cette fuite en avant afin de tenter de comprendre à quoi cette mère de famille tentait d’échapper. Les chapitres, partagés entre fuite en avant des personnages et retours dans le passé, font avancer le lecteur par étapes, par indices, à la manière d’un thriller.


Le personnage de Gloria m’a énormément plu : par son physique qui paraît décalé, mais aussi, et surtout par son caractère, pas mal colérique, qui m’a donné l’occasion de m’identifier à elle. Et puis, cette malédiction des femmes de sa famille, qui se désintéressent de leur progéniture sous prétexte que cela est inscrit dans leurs gènes… Gloria saura prouver, se prouver plus exactement qu’il ne s’agit en rien d’une malédiction ! 


Alors oui, on est dans le milieu corse, stéréotypé peut-être, mais il fallait au moins ce terreau pour développer un personnage féminin « qui en a », qui n’a peur de rien ni de personne… sauf d’elle-même.  Et qui, de plus, sert l’auteure qui aime tant interpeller son lecteur avec des apostrophes régulières qui l’amène à réfléchir sur la personnalité intrinsèque de ces énergumènes qui ponctuent son histoire, ainsi que sur les mœurs d’une société méditerranéenne fondée sur la confiance absolue.

J’ai aimé le récit, son rythme, ce qu’il révèle, et la fin, qui fait des femmes des héroïnes de leur propre vie !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire